hotel inferno

 

genre: horreur, gore trash (interdit aux moins de 16 ans)
année: 2013
durée: 1h20

l'histoire: Le tueur à gages Frank Zimosa vient d’être embauché pour une mission incensément rentable par le riche et puissant Jorge Mistrandia. L’objectif: tuer deux personnes qui se cachent dans un de ses hôtels européens. Mais il ne sera pas seul sur place.   

La critique d'Alice In Oliver:

Cela fait déjà plusieurs semaines que Naveton Cinéma vous parle de Giulio De Santi, un réalisateur qui s'est fait connaître auprès des amateurs du cinéma trash avec Adam Chaplin et Taeter City. Vient également s'ajouter Hotel Inferno, sorti en 2013.
Depuis quelques années, Giulio de Santi et sa petite équipe (la société de production Necrostorm) cherchent clairement à se démarquer par leur univers et leurs pellicules gores et complètement chtarbées. D'une certaine façon, Giulio De Santi et son équipe signent le grand retour du cinéma d'horreur italien, et tant mieux !

Pourtant, les films de Necrostorm n'ont pas grand-chose à voir avec l'ambiance gothique et putride des longs-métrages de Dario Argento ou encore d'un Mario Bava. En vérité, avec Adam Chaplin et Taeter City, Giulio De Santi mélangeait habilement le trash, le cinéma d'horreur asiatique (version torture porn), la culture manga et un état d'esprit qui n'est pas sans rappeler les productions Troma (entre autres, Toxic Avenger). Encore faut-il tenir les promesses annoncées.
Pour le moment, Taeter City reste la grande réussite de De Santi et de Necrostorm. Le film s'est taillé une solide réputation sur la Toile.

 

Hotel-Inferno-2013-Movie-Necrostorm-Extreme-4

 

Hélas, il faut bien le reconnaître: Hotel Inferno n'est pas la hauteur de son modèle. Personnellement, je le trouve même inférieur à Adam Chaplin. Pire encore, on a du mal à retrouver la folie et l'originalité d'un Adam Chaplin. En l'occurrence, avec Hotel Inferno, De Santi et son équipe ne renouent pas forcément avec la culture manga. En vérité, Hotel Inferno est très inspiré par l'univers du jeu vidéo.
Impossible de ne pas penser à Resident Evil et surtout à Doom. Visiblement, Giulio De Santi a passé des heures devant ce jeu vidéo. Cela se ressent immédiatement à la vision d'Hotel Inferno. Rappelons que Doom et Resident Evil ont fait l'objet d'une voire plusieurs adaptations au cinéma.

En l'occurrence, Giulio De Santi décide de revisiter le célèbre jeu vidéo à sa sauce et avec un scénario totalement différent. Attention, SPOILERS ! Le tueur à gages Frank Zimosa vient d’être embauché pour une mission incensément rentable par le riche et puissant Jorge Mistrandia.
L’objectif: tuer deux personnes qui se cachent dans un de ses hôtels européens. Mais il ne sera pas seul sur place
. Autant le dire tout de suite: dès les premières secondes, le film se démarque par sa réalisation à la première personne. Par conséquent, Hotel Inferno est filmé en caméra subjective. Vous ne verrez jamais le visage du héros principal, mais seulement ses mains et à la rigueur parfois ses pieds !

 

Hotel-Inferno-2013-Movie-Necrostorm-Extreme-8

 

En gros, soit on adhère à la réalisation si particulière du film, soit on déteste ! Personnellement, je reste assez mitigé. Certes, au risque de me répéter, Hotel Inferno fonctionne comme un jeu vidéo et n'est pas sans rappeler (énormément) Doom, sauf qu'il n'est pas question ici d'extraterrestres moisis. Mais Frank Zimosa est un tueur à gages qui va évoluer dans un décor particulier, affronter de nombreux ennemis et trouver de nouvelles armes au fur et à mesure qu'il progresse dans le film.
Au moins, contrairement à l'adaptation de Doom au cinéma, Hotel Inferno a le mérite de délivrer largement la marchandise.

Sur ce dernier point, Hotel Inferno se montre particulièrement généreux. Vous aimez le gore qui tâche et qui pique les yeux ? Vous aimez les têtes qui explosent et le sang qui jaillit à n'en plus finir de crânes totalement écervelés ? Alors, Hotel Inferno est fait pour vous.
Indéniablement, le film séduira les amateurs du cinéma trash qui seront ici en terrain connu et quasiment conquis. Hélas, Hotel Inferno se montre assez répétitif dans l'ensemble. Pourtant, le film est d'une courte durée mais un tel concept ne peut réellement fonctionner que sur une bonne petite demi-heure. Au bout d'un moment, les différentes effusions de sang (encore une fois très gores) ne parviennent plus à surprendre. Enfin, malgré ses indéniables qualités, Hotel Inferno ne possède pas les qualités ni l'originalité d'un Taeter City, qui reste pour le moment la grande réussite de Giulio de Santi et de Necrostorm.

Note: 10/20