hellboy

Genre: fantastique
année: 2004
durée: 2 heures

L'histoire: Né dans les flammes de l'enfer, le démon Hellboy est transporté sur Terre lors d'une sombre cérémonie célébrée par les nazis, désireux d'utiliser les forces infernales à des fins de conquête. Sauvé par le docteur Broom, Hellboy est alors élevé pour combattre les forces du Mal. Armé, possédant un bras droit en pierre, il fait équipe avec le télépathe Abe Sapien et Liz Sherman, capable de contrôler le feu.       

la critique d'Alice In Oliver:

A l'origine, Hellboy, réalisé par Guillermo Del Toro en 2004, est l'adaptation d'une série de comics du même nom créée par Mike Mignola en 1994. Suite au succès de Blade 2, Guillermo Del Toro reçoit de nombreuses propositions: Alien Vs Predator, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban et évidemment Blade Trinity, mais Guillermo Del Toro préfère s'intéresser aux aventures de ce super héros venu des limbes des enfers. Dans un premier temps, les producteurs pensent à d'autres réalisateurs, entre autres, Jean-Pierre Jeunet, Peter Hyams ou encore David S. Goyer.
Mais tous ces cinéastes sont déjà occupés sur d'autres tournages.

Le projet Hellboy est finalement confié à Guillermo del Toro. Celui-ci écrit le scénario du film avec Peter Briggs. Le script se concentre essentiellement sur le premier tome d'une longue série de comics. Au niveau de la distribution, Hellboy réunit Ron Perlman, John Hurt, Selma Blair, Rupert Evans, Doug Jones, David Hyde Pierce, Jeffrey Tambor et Corey Johnson.
Pour l'anecdote, les studios souhaitaient engager Vin Diesel pour tenir le rôle principal, mais Guillermo Del Toro a déjà fait son choix depuis longtemps. Il veut Ron Perlman et personne d'autre ! Pourtant, les studios essaieront de lui faire changer d'avis: des noms tels que Nicolas Cage et Dwayne "The Rock" Johnson seront même envisagés.

 

Hellboy (film)


Mais rien n'y fait. Ce sera Ron Perlman, point barre ! En même temps, l'acteur a déjà tourné avec Del Toro dans Cronos et Blade 2. Pourtant, à la base, Del Toro envisageait de réaliser Hellboy en images de synthèse, mais James Cameron l'en dissuade. Pour le réalisateur de Terminator, l'histoire d'amour entre le super héros et sa nouvelle compagne ne peut pas fonctionner dans de telles conditions.
Guillermo Del Toro retient les conseils de James Cameron. Résultat: le film remporte un vif succès au box-office et une suite, Hellboy 2: les légions d'or maudites, sort en 2008. Cependant, Hellboy premier du nom ne convaint pas forcément les fans de Guillermo Del Toro, mais j'y reviendrai.

Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS ! En 1944, le jeune Professeur Trevor Bruttenholm assiste à une opération nazie appelée Ragnarök, dirigée par Grigori Raspoutine, avec l'aide de la Société Thulé. Cette opération consiste à libérer l'"Ogdru-Jahad", grâce à un gant, un démon uni de sept démons puissants, pour gagner la guerre, selon les ordres du Führer. Mais grâce aux soldats américains, l'opération échoue, Raspoutine est absorbé par l'enfer et libère un petit démon rouge avec un gros bras en pierre qui possède les mêmes capacité que le gant de la machine. Broom l'adopte et le nomme Hellboy. 
60 ans plus tard, Hellboy fait partie du BPRD pour Bureau for Paranormal Research and Defense (Bureau de Recherche et de Défense sur le Paranormal).

hellboy2pic5

 

Il doit contre son gré faire équipe avec John Myers, un jeune agent du FBI, et avec Abe Sapien, un autre agent du BPRD, – qui ressemble étrangement à un poisson. Ils enquêtent ainsi sur l'apparition de Samaël, le cerbère de la résurrection. Celui-ci a été ressuscité récemment par Raspoutine, qui fut lui aussi ressuscité par deux nazis présents lors de Ragnarök : Ilsa Haupstein, une femme à qui il a fait don de la vie éternelle, et Karl Ruprecht Kroenen un "mort-vivant" adepte des sabres et autres objets tranchants, ancien tueur numéro 1 d'Hitler. Raspoutine a alors besoin de Hellboy pour renouveler l'expérience de Ragnarök. On ne compte plus les adaptations de comics décevantes.
Par le passé, certaines adaptations prometteuses ont un peu déçu.

Par exemple, je ne suis pas un grand fan de la trilogie Spider-Man de Sam Raimi à l'exception du second volet. En l'occurrence, Guillermo Del Toro semble avoir le même problème que Raimi. Certes, le réalisateur se veut fidèle au comics et en retranscrit parfaitement l'ambiance et les grandes lignes du scénario. Hélas, la formule ne fonctionne que sur certaines séquences.
Visiblement, Del Toro a besoin tout d'abord de planter le décor et ses principaux personnages. Certes, le super héros principal est plutôt réussi et attachant. En revanche, difficile de se passionner pour ses célèbres acolytes, pourtant forts en gueule. Même chose pour l'histoire d'amour assez bancale entre Hellboy et l'élue de son coeur. Bien sûr, Hellboy est pétri de bonnes intentions et on relève encore une fois de nombreuses séquences très réussies.
Toutefois, peu ou prou de surprises au tableau de bord. Indéniablement, Guillermo Del Toro possède un super héros en or (façon de parler), mais ne parvient pas toujours à l'exploiter à sa juste valeur. Bref, un film aussi attachant que maladroit.

Note: 12/20