brigade des moeurs

 

genre: action, policier (interdit aux - 18 ans à sa sortie, interdit aux - 16 ans aujourd'hui)
Année: 1984
durée: 1h35

l'histoire: Pour se venger de la mort de sa femme qui s'est tuée en tentant d'échapper à la police, le Grec fait assassiner la femme d'un juge. Malheureusement, sa victime était aussi la soeur d'un flic de la Mondaine, Gerard Lattuada. Ce dernier entreprend de la venger en utilisant les methodes chères aux truands.    

La critique d'Alice In Oliver:

On ne présente plus Max Pécas, une sorte de Bruno Mattei à la française, qui s'est surtout spécialisé dans le genre érotique et la comédie. Il suffit de prendre sa filmographie pour s'en convaincre: La nuit la plus chaude, Je suis une nymphomane, Je suis frigide... Pourquoi ?, Les mille et une perversions de Felicia, On n'est pas sorti de l'auberge, Marche pas sur mes lacets ou encore Deux enfoirés à Saint-Tropez. Vient également s'ajouter Brigade des Moeurs, réalisé en 1984.
Visiblement, Max Pécas a envie de sortir de son registre habituel pour signer un film brutal et influencé par l'univers d'Orange Mécanique de Stanley Kubrick, Les Guerriers de la Nuit de Walter Hill ou encore Class 1984 de Mark L. Lester.

Brigade des Moeurs est donc un film sérieux mais réalisé par le plus grand "zeddard" du cinéma français. Pourtant, au moment de sa sortie, Brigade des Moeurs écopera d'une interdiction aux moins de 18 ans. Par la suite, l'interdiction sera revue à la baisse.
Aujourd'hui, le film est interdit aux moins de 16 ans. Au niveau de la distribution, Brigade des Moeurs réunit Thierry de Carbonnières, Gabrielle Forest, Christian Barbier, Jean-Marc Morel, Olivia Dutron, Brigitte Lahaie, Ticky Holgado et Jean-Pierre Bernard. Autant le dire tout de suite: le scénario n'est pas le point fort du film. Attention, SPOILERS !

Bois de Boulogne - Deux motos passent au milieu des prostituées et des travestis. Les motards sortent des armes et tirent : c'est l'hécatombe. Parmi les morts, Dolorès, un indic de l'inspecteur Gérard Lattuada. Celui-ci mène l'enquête sur ce qui est manifestement un règlement de comptes, vu le nombre de morts. Grâce à Véronica, une prostituée du quartier de l'Opéra que Gérard connaît depuis longtemps, il arrive jusqu'au Grec. Démétrios Stéphanopoulos est connu depuis longtemps pour ses trafics et ses activités de proxénète gérées par sa femme, Madame Alice.
Qu'on le veuille ou non, Max Pécas fait partie des rares réalisateurs français à être connus à l'étranger.

 

804841_665x245x665-245q90otop50

 

Certes, avec Brigade des Moeurs, il signe un long-métrage plus sérieux qu'à l'accoutumée. Mais que les choses soient claires: Max Pécas fait du Max Pécas ! En résumé, même quand il essaie de réaliser un bon film, il sombre très vite dans la nanardise. Max Pécas applique sa recette habituelle.
En gros, Brigade des Moeurs brille surtout par sa stupidité (involontaire) et repose sur la formule suivante: des meurtres sadiques, des nichons, des femmes à poil, un soupçon d'érotisme, quelques effets gores, de la violence et un scénario aux abonnés absents où il est question de vengeance. A cela, il faut aussi ajouter un film profondément machiste.

Les insultes à l'égard de la gente féminine fusent: "Sale garce", "Sale putain" ou encore "Sale chienne" font partie du menu fretin. Clairement, les dialoguent ne brillent pas non plus par leur subtilité. Pas de doute, on n'est bien dans un film de Max Pécas !
Pour le reste, Brigade des Moeurs s'inscrit dans le polar à la française du début des années 1980, à savoir un film qui mélange action, policier, vengeance et des minettes peu farouches. C'est un genre qui connaîtra un petit succès en son temps avec des films peu recommandables et aux titres souvent évocateurs: L'Exécutrice (dans lequel on retrouve Brigitte Lahaie), Parole de Flic ou encore Flics de Choc.

Dans ce genre de production, on prône la vengeance expéditive et une mentalité mysogine. Tout un programme ! Evidemment, Brigade des Moeurs n'échappe pas à la règle. Très vite, le film sombre dans la nanardise et tente de nous présenter (à sa sauce, donc moisie) l'univers de la nuit: le bois de Boulogne, les travestis, l'argent sale, des prostituées excitées du bulbe, des viols et des crimes sadiques... Tous ces faits se déroulant évidemment dans le plus grand secret et sous le nez et la barbe (façon de parler) des policiers. Bref, Brigade des Moeurs est un film profondément vulgaire et putassier.
Pourtant, malgré ses nombreux défauts, Brigade des Moeurs possède un certain charme: en gros, le film est tellement mauvais qu'il finit par en devenir curieusement génial. Allez comprendre...

Note: je passe...
Note nanardeuse: 16.5/20