nuit-noire

 

genre: horreur, épouvante 
année: 2014
durée: 8 minutes environ

l'histoire: Ethan, un lycéen, fait un pari avec deux de ses copains: ce soir, il va se rendre au cimetière pour prendre une photographie. Hélas, une fois sur place, l'atmosphère est pour le moins inquiétante.  

La critique d'Alice In Oliver:

Pour commencer cette chronique, rappelons un peu les faits: le réalisateur français, Jean-Luc Baillet, a contacté Naveton Cinéma, le blog ciné le plus nul du net, pour nous présenter son court-métrage, Nuit Noire, produit par Arkham Production. Le cinéaste a donc fait appel à nos services pour une petite chronique de son second court-métrage, après Contretemps (donc son tout premier film).
Nuit Noire a été présentée dans différents festivals: A Night of Horror International Film Festival en Australie, le Festival des Ciné' Méliès à Hazebrouck, le Festival Retour à l'Anormal à la Rochelle ou encore à l'Underground Monster Carnival à Oklahoma City.

Evidemment, le format étant assez court (je le rappelle, 8 minutes), le scénario n'est pas très difficile à comprendre. Attention, SPOILERS ! Ethan, un lycéen, fait un pari avec deux de ses copains (François et Noah): ce soir, il va se rendre au cimetière pour prendre une photographie. Hélas, une fois sur place, l'atmosphère est pour le moins inquiétante.
En effet, très vite, Ethan doit affronter une présence maléfique. Difficile d'en dire davantage. Visiblement, Jean-Luc Baillet aime l'univers et les romans d'H.P. Lovecraft. Que les choses soient claires: la partie "lycéenne" du court-métrage et ses dialogues "pubères" ne sont pas forcément les aspects les plus convaincants.

imgaffiche-662

Jean-Luc Baillet nous montre enfin l'étendue de son talent quand la lumière cède la place au noir total. Rien à redire sur la qualité de la photographie et de la réalisation, en sachant que le réalisateur doit composer avec les moyens du bord (soit la totalité d'un SMIC albanais).
Parmi les influences du film, nous avons déjà cité H.P. Lovecraft, mais impossible de ne pas songer aux productions de la Hammer avec cette ambiance à la fois gothique, inquiétante et putride, comme pour marquer cette frontière étroite entre le néant et notre monde réel. Certes, ce n'est pas Nuit Noire qui va nous provoquer des frissons ou des cauchemars, mais nulle doute que Jean-Luc Baillet est appelé (dans un proche avenir) à nous faire rêver.

Note: 15/20