amerique interdite

genre: documentaire, documenteur (interdit aux - 18 ans)
année: 1977
durée: 1h30

l'histoire: L'Amérique du sensationnel. L'Amérique cachée. Celle du sexe et de la violence. Celle des boîtes de nuit très spéciales, des bas-fonds new-yorkais, des représentants de commerce aux articles pour le moins "inhabituels". L'Amérique qui cherche à se cacher, mais qu'un cinéaste européen a su aller débusquer. Celle des morts sur le trottoir et des masochistes en cuir noir

la critique d'Alice In Oliver:

C'est avec Mondo Cane réalisé par Galtiero Jacopetti et Franco Prosperi en 1962 que le genre "Mondo" apparaît au cinéma. Le film est carrément présenté au festival de Cannes la même année et provoque un immense scandale. Le concept ?
Il s'agit d'un faux documentaire sur différentes coutumes à travers le monde, en passant par l'Amérique, l'Occident mais aussi des pays et/ou des communautés parfois inconnues de nos contrées. Mondo Cane montre parfois des séquences chocs dans lesquelles il est question de mort et de crucifixion sauvage. Encore une fois, le long-métrage est réalisé comme un vrai documentaire. Impossible de deviner la supercherie...

Pourtant, tout est faux mais le film cartonne et influence de nombreuses productions du même genre. C'est ainsi que des films tels que Cannibal Holocaust, Face à la Mort, Faces of Gore, Traces of Death ou encore Shocking Asia voient le jour.
Ils reprennent finalement le même principe tout en variant leurs sujets et les plaisirs... Au moment de leur sortie, la plupart de ces films sont interdits aux moins de 18 ans et sont victimes de la censure. Paradoxalement, c'est aussi grâce à leur interdiction dans de nombreux pays que ces productions se construisent une solide réputation.

 

large_451761

 

Mieux encore, la majorité de ces films connaissent plusieurs suites, c'est par exemple le cas de Face à la Mort, Traces of Death et de Shocking Asia. Entre les années 60 et le milieu des années 80, le succès du genre "Mondo" ne se dément pas. L'Amérique Interdite, réalisé par Romano Vanderbes en 1977, vient donc s'ajouter à la longue liste de ces productions mal aimées de la critique.
Le principe est simple et se résume en quelques lignes. Attention, SPOILERS ! L'Amérique du sensationnel. L'Amérique cachée. Celle du sexe et de la violence. Celle des boîtes de nuit très spéciales, des bas-fonds new-yorkais, des représentants de commerce aux articles pour le moins "inhabituels".

L'Amérique qui cherche à se cacher, mais qu'un cinéaste européen a su aller débusquer. Celle des morts sur le trottoir et des masochistes en cuir noir. Le cinéaste européen, c'est évidemment Romano Vanderbes, dont le réalisateur de ce documenteur.
En résumé, le cinéaste prend sa caméra et va donc filmer les coins et les endroits méconnus et/ou malfamés des Etats-Unis. En l'occurrence, il s'agit donc d'un "Mondo urbain". En soi, le concept n'est pas forcément inintéressant. Reste à savoir comment le fameux Romano Vanderbes exploite ou non son sujet.

Que les choses soient claires: L'Amérique Interdite est un vrai nanar en puissance mais totalement involontaire. Ce qui le rend aussi putassier que rigolo à regarder. Pourtant, tout comme Face à la Mort et ses nombreux concurrents, L'Amérique Interdite sera lui aussi victime de la censure et donc interdit aux moins de 18 ans. Le film connaîtra tout de même un certain succès au moment de sa sortie. En effet, en France, le long-métrage attire plus d'un million de spectateurs dans les salles.
Visiblement, le public a envie de savoir ce qui se passe dans les bas fonds de l'Amérique. Sur ce dernier point, Romano Vanderbes ne nous épargne rien.

 

large_451760

 

En gros, vous voulez voir des nichons, des femmes à poil, encore des nichons et des femmes à poil, et toujours des nichons et des femmes à poil ? Alors, L'Amérique Interdite est fait pour vous ! En vérité, le film se contente d'aligner toute une série d'orgies et nous présente des soirées échangistes et cachées sous le nez et la barbe de l'Oncle Sam !
Quelle révélation sur nos chers américains ! Et oui, au cas où vous ne le sauriez pas, les américains niquent entre eux ! On trouve même dans les égoûts un peuple qui vit à part au milieu des rats et doivent se battre dans un monde presque apocalyptique.

Pire encore, à cause du nucléaire, il semblerait que nos amis les rats aient contracté de mystérieuses mutations. On trouve donc des super rats, donc des bestioles particulièrement agressives qui s'en prennent presque exclusivement aux femmes et aux enfants ! 
Et sincèrement, je n'en finirais pas de citer des exemples complètement nazebroques de ce genre ! Non vraiment, L'Amérique Interdite est une grosse arnaque et une véritable fumisterie ! En général, les films appartenant à la catégorie "Mondo" sont assez ennuyeux à regarder. Mais L'Amérique Interdite échappe à la règle par son côté décomplexé et totalement vulgaire et putassier.
Un nanar haut de gamme donc !

note: je passe...
note nanardeuse: 17.5/20