Dark_Crystal_5

genre: fantastique, heroic fantasy
année: 1982
durée: 1h35

l'histoire: Un autre monde, un autre temps, à l'âge des miracles... Jen et Kira, seuls survivants de la race des Gelfings, partent à la recherche d'un éclat de cristal gigantesque, abîmé dans une commotion planétaire, qui donne force et puissance aux Mystiques, un peuple sage et pacifique. Ils doivent affronter les terribles et cruels Skekses qui tiennent ces derniers en esclavage.      

la critique d'Alice In Oliver:

On oublie souvent de le dire, mais Jim Henson reste le créateur de l'émission télévisée Le Muppet Show et réalisera même plusieurs aventuresde nos chères marionnettes pour le cinéma. Néanmoins, Jim Henson a d'autres cordes à son arc. On lui doit notamment un grand classique du cinéma, Dark Crystal, sorti en 1982, et qui reste encore à ce jour beaucoup trop méconnu. 
Dark Crystal est un film techniquement atypique car il n'utilise pas les techniques classiques d'animation et apparaît bien avant l'avènement de l'animation numérique. Tous les personnages sont des marionnettes, aucun d'entre eux n'est un humain (excepté sur deux ou trois plans larges).

Dans son genre, à savoir le fantastique, et plus particulièrement l'heroic fantasy, Dark Crystal reste une référence et le ou l'un des meilleurs films du genre. En tout cas, ce long-métrage va influencer plusieurs générations de cinéastes, à tel point qu'une suite, Power of Dark Crystal, avait été annoncée en 2009 par la Jim Henson Company. Ce film, qui aurait dû être réalisé par Genndy Tartakosky, devait conter les aventures d'une mystérieuse fille de feu qui, avec l'aide d'un paria Gelfling, vole un éclat du Cristal légendaire dans le but de faire revivre le soleil mourant se trouvant au centre de la planète. Initialement prévu pour 2012, le film a été finalement abandonné.

 

crystal

 

Le scénario se concentre sur la quête initiatique de deux personnages, Jen et Kira. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes de l'histoire. Attention, SPOILERS ! Dans un monde appelé Thra, où un gigantesque cristal, sorte de talisman incréé gardé dans les profondeurs d'un château hyper-baroque, accumule la lumière des trois soleils qui éclairent la planète pour la restituer sous forme d'énergie vitale aux êtres qui y vivent. Le Cristal s'est assombri depuis mille ans : les UrSkeks, êtres semi-divins qui en avaient la garde, l'ont fait voler en éclats lors de la précédente Grande Conjonction (l'alignement cyclique des trois soleils), perturbant alors gravement l'ordre du monde, au point qu'eux-mêmes se sont divisés en deux races distinctes : celle des Mystiques, êtres chevelus bons et paisibles au doux museau allongé, et celle des Skeksès, sortes de rapaces reptiliens hargneux et cruels.

Les Skeksès se sont emparé du Château du Cristal pour jouir de son pouvoir amoindri et les Mystiques ont été contraints de se réfugier dans un vallon secret, loin du château. Survient alors une prophétie, émise par la Gardienne des Secrets Aughra, selon laquelle le pouvoir des Skeksès sera renversé et l'éclat du Cristal restauré par un représentant de la race des Gelflings, êtres à l'allure elfique.
Les Skeksès ne voyant pas d'autre solution que de les exterminer jusqu'au dernier, ils créent les Garthims, sortes de scarabées géants lourdement caparaçonnés, armés de pinces et conçus pour la razzia.

dark_crystal_jpg

Un seul Gelfling réchappe à ce massacre : Jen, un jeune garçon, est sauvé par les Mystiques et élevé dans leur vallée par le Maître lui-même. Celui-ci, mourant, lui révèle sa mission cruciale : retrouver l'éclat de cristal et guérir le Cristal avant la prochaine Grande Conjonction.
Commence alors sa quête, et la découverte de ce monde qu’il n’a encore jamais parcouru. Pour l'anecdote, 
Les Skeksès devaient à l'origine parler leur propre langue et les dialogues étaient sous-titrés. Cette idée fut cependant abandonnée car le public test trouvait qu'ils détournaient trop l'attention.

On peut trouver certaines des scènes dans cette version dans les compléments de l'édition du film en DVD. Les Mystiques devaient au départ s'appeler les UrRus. Il en reste une seule réminiscence dans le film. Lors de la scène de la Grande Conjonction, on peut en effet entendre dans la version originale un Skeksès qui les appelle de cette façon.
Pour le reste, Dark Crystal n'a pas grand chose à voir l'univers des Muppets. Jim Henson abandonne le comique de Kermit et signe un film d'aventure fantastique à la fois sombre, mélancolique et baroque.

dark-crystal_3

D'ailleurs, la tonalité du film n'est pas sans rappeler celle du Seigneur des Anneaux (je parle du livre de Tolkien). On pense parfois aussi à Alice au Pays des Merveilles. Indéniablement, Jim Henson est parvenu à créer un univers avec son lot de personnages à la fois originaux, magiques, merveilleux, parfois cruels, mais aussi innocents (à l'image des deux héros principaux).
La grande réussite de Dark Crystal est de brouiller les pistes en mélangeant différents genres. Au final, Dark Crystal n'est ni un conte, ni un film (tout du moins avec des acteurs) et ni un dessin animé. Il est un peu tout cela à la fois. En ce sens, Dark Crystal a le mérite d'innover et d'apporter un nouveau souffle à l'univers de l'heroic fantasy.

Il s'agit donc d'une oeuvre atypique, poètique et terriblement touchante sur fond de voyage initiatique. Inutile de rechercher la moindre trace d'humour dans ce film. Il n'y en a pas. Sur le fond, Dark Crystal propose une nouvelle confrontation entre le bien et le mal, en opposant sans cesse l'innocence (ce que symbolisent Jen et Kira) à la plus grande des méchancetés (les Skeksès).
Curieux que ce chef d'oeuvre du cinéma ne soit pas plus souvent cité, tout du moins, qu'il ne soit pas plus souvent diffusé à la télévision. Néanmoins, par sa noirceur, Dark Crystal ne s'adresse pas vraiment aux enfants mais plutôt à un public adulte. Encore une fois, Jim Henson signe une oeuvre complexe, sombre, fascinante et ni plus ni moins, un grand classique du cinéma !

note: 19/20

 


Bande-annonce The Dark Crystal - Jim Henson... par Altanisetta