untold story

 

genre: horreur, gore, trash (interdit aux - 16/18 ans selon les pays)
Année: 1993
Durée: 1h35

l'histoire: Après la découverte de restes humains sur une plage de Macau, Wong Chi Hang, le nouveau propriétaire d'un restaurant et tricheur invétéré aux jeux d'argent, est suspecté par la police d'avoir massacré son ancien patron et toute sa famille. Ce qu'ils ne savent pas encore, c'est que Wong en plus d'être un dangereux psychopathe est aussi un cannibale qui prendre plaisir à servir des restes humains à ses clients.             

La critique d'Alice In Oliver:

Les amateurs des films trashs et plus précisément des films hong-kongais connaissent bien la catégorie 3, à savoir des films d'horizons très variés jugés extrêmes, offensant ou trop explicites, la plupart du temps interdit aux moins de 18 ans dans leur contrée et interdit aux moins de 16 ans en Europe.
The Untold Story, réalisé par Herman Yau en 1993, est une production symptômatique de la catégorie 3. D'ailleurs, le long-métrage connaîtra même une suite, donc The Untold Story 2, en 1998, ainsi qu'un remake plus ou moins officiel, Ebola Syndrome, toujours signé par Herman Yau en 1996.

Selon certaines sources, le film aurait été coréalisé par Danny Lee, acteur et producteur de The Untold Story. Bien que, selon les dires de Herman Yau en personne, ce ne soit pas le cas, même s'il reconnaît que Lee s'est beaucoup impliqué lors du tournage.
A l'heure actuelle, The Untold Story n'a toujours pas bénéficié d'une sortie vidéo en France mais s'est taillé une solide réputation au film des années. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS !

 

the-untold-story

 

Après la découverte de restes humains sur une plage de Macau, Wong Chi Hang, le nouveau propriétaire d'un restaurant et tricheur invétéré aux jeux d'argent, est suspecté par la police d'avoir massacré son ancien patron et toute sa famille.
Ce qu'ils ne savent pas encore, c'est que Wong en plus d'être un dangereux psychopathe est aussi un cannibale qui prendre plaisir à servir des restes humains à ses clients. Dès son introduction, pour le moins très violente, The Untold Story se démarque par sa brutalité et sa volonté de brouiller tous les codes du genre policier.

En effet, le script s'attache à suivre l'enquête de plusieurs flics hong-kongais bien déterminés à prouver la culpabilité du psychopathe. Faute de preuves, ils sont obligés de le torturer et d'employer des méthodes peu orthodoxes pour le faire parler.
En gros, même les flics sont des salauds et des personnes totalement corrompues. Inutile ici de rechercher le moindre personnage honnête et/ou sympathique. Finalement, ces policiers ressemblent au serial killer de service. Au niveau des séquences gores, le film propose plusieurs scènes peu ragoûtantes.

 

untold_story

 

Les âmes sensibles sont donc priées de quitter leur siège et d'aller faire un petit tour. Le but de The Untold Story est clairement de choquer son audimat. Ici, même les enfants en prennent pour leur matricule. Le film contient plusieurs séquences à la limite de l'insoutenable.
C'est notamment le cas lorsque le tueur revient sur le massacre d'une famille entière, soit un père, la mère et leurs quatre enfants. Il est aussi question de cannibalisme et d'urophilie. En résumé, The Untold Story accumule les scènes déviantes, mais jamais de façon totalement gratuite.

Derrière les excès d'hémoglobine et de séquences trashs, se cache une critique acerbe de la société hong-kongaise. Les flics, la télévision et les médias en prennent pour leur grade via la promotion de ce nouveau serial killer qui se joue de tout le monde.
Herman Yau reprendra peu ou prou le même concept avec Ebola Syndrome, que j'ai déjà cité. En l'état, The Untold Story reste le film emblématique de la catégorie 3. Toutefois, attention, et je me répète, le film s'adresse à un public particulièrement averti.

note: 16/20