Réalisateur : Lee Hardcastle

Genre : Gore

Année : 2012

 

L'Histoire : Une femme et son petit ami (?) font face à une invasion de zombies.

 

La critique d'hdef :

Décidément, je vais finir par la connaître, la saga Chainsaw Maid ! Pour info, les opus 1 et 2 sont déjà sur le blog. Vous connaissez donc (en théorie) le principe : on prend des zombies en pate à modeler et... on s'amuse à les laisser se faire exploser la tronche pendant 4 minutes ! Chainsaw Maid 3 ne déroge pas à la règle, bien que ce coup-ci, ce ne soit pas une femme de ménage qui manie la tronçonneuse.

Non, c'est une pin-up dont on ne sait rien du tout qui va faire face à l'invasion pour cette fois ! Et histoire de finir en beauté la "saga", Hardcastle coompte bien nous en mettre plein la vue.

Et croyez-moi, si vous vous attendez à du gore potache, vous n'allez pas être déçu : découpage, éviscérations et décapitations en tout genre, ainsi qu'un petit épisode trash où un zombie ne vomit pas (contrairement au premier opus) mais défèque carrément sur le héros (qui, comme le dit notre ami Inthemoodforgore, "a des airs de Malcom McDowell"). Bon appétit !

Restant résolument dans la veine de ses prédecesseurs, Chainsaw Maid 3 constitue néanmoins une déception, car la surenchère dans le gore et le trash finit par devenir lassante, tant le long-métrage se focalise là-dessus sans jamais améliorer le concept ou tenter d'être créatif (à l'inverse de l'opus 2 qui tentait brillament de faire un rapprochement avec Cronenberg). Et ce n'est pas une version 3D, intitulée Chainsaw Maid 3D (à ne pas confondre avec Texas Chainsaw 3D, hein ?!) qui va arranger les choses.

Non, le seul élément que cette séquelle ennuyeuse développe, c'est le sexe. La version uncut (car il y en a une !) montre effectivement clairement le sexe du "Malcom McDowell" (c'est plus court comme ça, à écrire, merci Inthemoodforgore !) entrer en érection de manière tout à fait visible, puisque filmée en gros plan. Comme d'habitude, l'interdiction aux moins de 18 ans est de mise, et trouve tout son sens dans un passage aux toilettes qui montre qu'un cuvette de cabinet est plus efficace encore qu'une massue ! On en apprend des choses, vous voyez !

Concernant la version uncut, c'est la seule digne d'intérêt, puisque dans l'autre, votre écran est affublé d'une grosse marque noire lors des plans dits "sexuels" (je ne vais pas vous faire un dessin), ce qui rend cette version complètement ridicule et même aux limites de la stupidité.

Citons enfin la référence bien sentie (mais un peu classique) à Evil Dead lors du retournement de situation avec le boyfriend contaminé qui attaque sa bien aimée. Une scène par ailleurs assez surprenante qui compte parmi les (très) rares atouts du film. Le boyfriend en question sera d'ailleurs découpé de haut en bas ce qui rappelle le sort réservé au premier démon du film de Sam Raimi. C'est d'ailleurs bien la seule bonne scène du CM, car à bien y réfléchir, le reste du film recycle parfois même à l'identique les blagues gores des opus précédents (à 3'38 de la version "cut", lorsque le zombie se fait couper les bras et les jambes, la séquence était déjà à l'identique dans Chainsaw Maid). Aucun intérêt.

 

En conclusion, Chainsaw Maid 3 est une triste fin de cette petite saga, parfaitement dispensable.

 

Note : 04/20

 

Note naveteuse : 12/20

 

Pour voir la version "uncut" CLIQUEZ ICI : http://www.youtube.com/watch?v=KEn0MHp6dcQ