rescapés de sobibor

 

genre: drame
année: 1987
durée: 2h25

l'histoire: Le 14 octobre 1943, la révolte éclate à Sobibor, l'un des plus terribles camps d'extermination nazi. Seuls 300 prisonniers réussiront à en en échapper.               

La critique d'Alice In Oliver:

A l'origine, Les Rescapés de Sobibor, réalisé par Jack Gold en 1987, est l'adaptation d'un livre de Thomas Blatt, lui-même inspiré des témoignages des survivants du camp d'extermination pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ce téléfilm de deux heures et 25 minutes s'inspire donc de l'histoire vraie des trois cents prisonniers qui ont réussi à s'évader de Sobibor.
Au niveau de la distribution, Les Rescapés de Sobibor réunit Joanna Pacula, Rutger Hauer, Alan Arkin et Wolfgang Bathke. Attention, SPOILERS !

Le 14 octobre 1943, la révolte éclate à Sobibor, l'un des plus terribles camps d'extermination nazi. Seuls 300 prisonniers réussiront à en en échapper. En l'occurrence, ce téléfilm de Jack Gold permet de décrire la terrible réalité des camps de concentration allemands.
Sobibor possède la particularité de se situer à la frontière de la Pologne et de la Russie. Il s'agit donc d'un camp isolé où seront exterminés plus de 250 000 milles juifs. Les Rescapés de Sobibor se divise donc en plusieurs parties très distinctes.

 

04207390_photo_sobibor

 

La première décrit la mécanique infernale et industrielle de Sobibor. Tout d'abord, il y a le processus de sélection, à savoir ceux qui sont condamnés à travailler pour l'industrie militaire allemande et ceux qui sont envoyés dans les chambres à gaz et les fours crématoires.
Sur ce dernier point, Sobibor obéit à une géographie particulière. Les camps de la mort sont volontairement séparés des camps de travail. Ceux qui sont gazés et brûlés meurent dans l'indifférence générale. C'est par ailleurs ce que rapporte un détenu juif qui assiste par hasard à l'exécution de plusieurs centaines de personnes, en particulier des vieillards, des femmes et des enfants.

La seconde partie se concentre davantage sur l'arrivée de prisonniers soviétiques, dont le chef, un militaire (interprété par Rutger Hauer), est approché par des détenus juifs. Ensemble, juifs et soviétiques vont commencer à organiser une future évasion.
C'est la troisième et dernière partie du téléfilm. Pour le reste, Les Rescapés de Sobibor a le mérite de montrer la réalité des camps de la mort: les détenus travaillent sans cesse et sans relâche. Ils sont également affamés. Les résistants ou ceux qui essaient de s'évader ou de constester l'autorité des SS sont exécutés devant tous les prisonniers pour l'exemple.

 

les_rescapes_de_sobibor_10723_38495

 

A partir de là, le téléfilm suit le parcours de certains détenus, en particulier ceux qui ont réussi à témoigner. La fin nous informe même que certains anciens déportés témoigneront lors de procès contre plusieurs tortionnaires nazis. D'autres auront moins de chance et seront même abattus pendant leur évasion. Certes, la fin est connue à l'avance.
Ce qui amoindrit parfois l'intérêt de ce téléfilm. Toutefois, ne soyons pas trop sévère, pour ce genre de production, avant tout destinée à la télévision, Les Rescapés de Sobibor reste un téléfilm de grande qualité et qui peut s'appuyer sur de très bons acteurs, Rutger Hauer en tête.

note: 15.5/20


Les rescapes de Sobibor Trailer - www... par elephantfilms