gandhi

genre: drame, biopic
Année: 1982
Durée: 3h10

l'histoire: Reconstitution historique à grand spectacle de la vie de celui que l'on surnomma le "mahatma". La carrière de Gandhi comme avocat débute en Afrique du Sud où il défend les droits de la minorité indienne, ce qui a un grand retentissement dans son pays. Plus tard, dans ses luttes contre les Anglais, il prônera toujours la non-violence et usera essentiellement de l'arme de la grève de la faim. 

La critique d'Alice In Oliver:

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Gandhi, réalisé par Richard Attenborough en 1982, est une production ambitieuse, qui a tout de même réuni plus de 300 000 figurants, notamment pour la scène des funérailles. 200 000 d'entre eux étaient bénévoles et 94 560 ont obtenu une petite somme d'argent. La séquence a été filmée le 31 janvier 1981, soit le lendemain du 33e anniversaire de la mort de Gandhi. Au niveau de la distribution, ce biopic réunit Ben Kingsley, Candice Bergen, Edward Fox, John Gielgud, Trevor Howard, John Mills et Martin Sheen.

Pour interpréter le rôle principal, donc celui de Mohandas Karamchand Gandhi (au cas où vous n'auriez pas suivi), plusieurs acteurs seront approchés, notamment Alec Guinness, Anthony Hopkins, Tom Courtenay, John Hurt et même Dustin Hoffman.
Dans le cas de ce dernier, l'acteur sera choisi pour jouer le personnage principal dans Tootsie. Finalement, ce sera Ben Kingsley, dont le véritable nom est Krishna Bhanji, qui va écoper du rôle-titre. En même temps, l'acteur est originaire par son père de l'État indien de  Gujarat dans lequel est né également le Mahatma Gandh.

Gandhi

 

Aujourd'hui, on peut considérer Gandhi (le film) parmi les grands classiques hollywoodiens. D'ailleurs, le long-métrage (plus de trois heures de bobine) obtiendra plusieurs Oscars, entre autres, l'Oscar du meilleur réalisateur, l'Oscar du meilleur acteur, l'Oscar du meilleur scénario original ou encore l'Oscar de la meilleure photographie. Pour le reste, le film retrace différents éléments célèbres de la vie de Gandhi et de la lutte pour l'indépendance indienne.
Ainsi, on assiste au combat pour les droits civils en Afrique du Sud au début du siècle, à la création de l'Ashram de Sabarmati, au massacre d'Amristar et au mouvement de désobéissance civile qui l'a suivie, à la marche du sel, à la mort de sa femme lors de sa captivité, à l'indépendance et la partition de l'Inde et enfin à son assassinat le 30 janvier 1948.

Pourtant, le film porte davantage sur le combat de Gandhi ainsi que sa philosophie (qui prône la non-violence) plutôt que sur le personnage lui-même. En même temps, difficile de raconter la vie d'un tel personnage sur une durée de trois heures.
Sur ce dernier point, Gandhi apparaît presque comme une sorte de martyr christique, qui se sacrifie au nom de son peuple, allant même jusqu'à faire la grève de la faim. Considéré par un guide voire même comme une sorte de messie par les siens, Gandhi doit néanmoins affronter l'hostilité britannique, décrite comme un empire colonial prêt à tout pour conserver ses intérêts.

gandhi-9

 

Ben Kingsley trouve ici le rôle de sa carrière. L'acteur est totalement investi dans son rôle et a bien mérité son Oscar, à tel point que l'interprète noie carrément le reste du casting. Néanmoins, le réalisateur, Richard Attenborough, se concentre largement sur les conditions de vie d'un peuple affaibli par la faim et par une grande misère, mais toujours du point de vue de son personnage principal.
Ainsi, le cinéaste décrit un homme spirituel, pacifiste et respectueux des autres religions. La reconstitution historique est tout simplement irréprochable.

Ensuite, le film peut s'appuyer sur de nombreuses séquences fortes et souvent dramatiques. Par exemple, la scène du massacre de plus de 1 500 indiens est tout simplement insoutenable. Avec ce film, le but est clairement d'exposer une philosophie pacifiste.
Indéniablement, l'assassinat de Gandhi revêt ici une grande importance puisque le meurtre est montré deux fois, donc au début et à la fin du film. Evidemment, avec de si bonnes intentions, on ne peut qu'adhérer à ce film, encore une fois émouvant et bénéficiant d'une mise en scène solide, ainsi que d'une superbe photographie.

Note: 18/20