recto_babycart1

 

Année : 1972

 

Réalisateur : Kenji Misumi

 

L'Histoire : Ogami Itto, bourreau du Shogun, est poursuivi à travers le Japon pour le meurtre de sa femme (qui est le fait du camp Yaghyu). Accompagné par son fils, Daigoro, il sème la mort et la désolation sur son passage. On l'appelle "le loup à l'enfant".

 

La Critique d'hdef :

Le Sabre de la vengeance est le 3e film que je vois de Misumi après Tuer ! et La Lame diabolique. Dans chaque film de Misumi, on retrouve une certaine forme d’inspiration du cinéma d’Akira Kurosawa, mais dont le cinéaste ne garde que les bons éléments, pour mieux virer les moins intéressants. On retrouve cette inspiration dans Le Sabre de la vengeance, 1er des 6 Baby Cart, saga qui perdura jusqu’en 1974, pour verser à la fin dans le fantastique.

 

baby_cart_photo_2


Pour en revenir à Kurosawa, il faut reconnaître qu’ici, sa patte est omniprésente : on y reconnaît la forêt de Rashomon, et son viol également, tandis que le village de paysans opprimés par des gangsters renvoie à Les Sept samouraïs. La grosse différence reste bien évidemment l’utilisation de la couleur, qui donne du relief aux jets de sang parfois un peu ridicules qui jaillissent (ah oui, dès qu’il y a une entaille, on croirait qu’il y a un geyser ou un puits de pétrole dans les environs) ainsi… qu’à la détresse des personnages (voire cette folle qui, au début, prend le fils du héros pour le sien et lui fait téter son sein. On apprend qu’elle a perdu son fils dans une famille d’accueil où il est mort et que la pauvre femme est devenue folle). Car Le Sabre de la vengeance est au film de sabres ce que Le Grand silence de Corbucci est au western : une constatation ultraviolente d’un monde en train de changer et de valeurs (comme l’honneur, rien que ça) qui se perdent : on tue des familles entières, on viole en pleine rue sous les yeux du père de la victime, on souille pour de l’argent le nom d’une famille entière etc. Et pour le dernier fait énoncé, c’est ce qui arrive au héros du film.
Sa femme a été tuée, il est recherché pour un crime qu’il n’a pas commis dans tout le royaume, est sans le sous et alourdi par son bébé, qu’il n’a pas eu le courage de tuer. Si la situation de ce protagoniste peut aisément adoucir les âmes sensibles, on sera bien moins pris en pitié lorsqu’on apprendra que cet homme était en vérité… le bourreau le plus sanguinaire du shogun. L’ouverture du film le montre même en train d’égorger un enfant (hors-champs bien sûr). Lorsqu’il s’apprête à donner le coup de grâce, l’écran devient complètement rouge et un petit résumé nous met dans les conditions nécessaires pour suivre… eh bien ce qui va suivre.

 

images


Vous l’aurez compris, Le Sabre de la vengeance n’est pas un film très gai (il s'agit avant tout de démystifier l'icône du samouraï), aucun personnage n’est ni tout blanc, ni tout noir, et la seule personne digne de sympathie de toute cette histoire (avec le bébé) est… une prostituée. Avec qui le héros aura d’ailleurs une relation, filmée avec deux pellicules superposées (procédé repris dans Baby Cart 2 : l’enfant massacre mais dans le contexte d’un combat cette fois), l’un montrant la figure de la femme et l’autre la main du héros lui caressant la peau. Le tout se passe dans la pénombre, avec de la fumée autour des deux acteurs, vu que l’on se trouve dans un établissement de bains. La plus belle mise en scène de l’extase jamais vue, sans aucun doute, car bien évidemment, les fumées peuvent aussi provenir des deux corps se… enfin vous m’avez compris !
On retrouve de nombreuses thématiques chères à Misumi : les femmes fortes (comme la fiancé du fugitif de Tuer !) à l’inverse des films de Kurosawa où la gente féminine est traitée comme un ramassis de potiches ou de femmes au foyer (Entre le ciel et l’enfer, Sanjuro) à quelques exceptions près (Ran, Rashomon) et le héros malchanceux, seul représentant de certaines valeurs au milieu de bandits sans scrupules (cf le final dans le champ de La Lame diabolique). L’idée de la destruction d’un monde et de son renouveau évoque à nouveau Rashomon à la fin duquel, rappelons-le, l’enfant est donné à un vieil homme, et malgré toutes les horreurs du film (meurtres, viol), la vie continue. La morale de Le Sabre de la vengeance est presque identique, puisqu’après le massacre à la station thermale, le héros repart avec son landau.
Et c’est avec ce massacre que l’on se rend compte de deux choses : de un, Kill Bill n’a bel et bien rien inventé du tout, et de deux, Le Sabre de la vengeance marque l’entrée dans film de samouraïs violent des années 70.

 

baby-cart-vol-1-le-sabre-de-la-vengeance


En 1974, ce sera Lady Snowblood.
En 1979, La Dernière chevalerie, et entre les deux, quelques Shaw Brothers et Toho par-ci par-là.
On n’oubliera pas non plus le très beau travail de la bande-son (non, votre dvd ne bugue pas !) qui passe successivement du muet au parlant dans un océan de couleurs d’une beauté qui aura de quoi faire rougir les amateurs de cinéma expérimental japonais.
Pour terminer, il est étonnant de constater que la trame générale de la dernière partie du film dans la station thermale rappelle un peu les westerns : un homme arrive, il règle les problèmes, il part. Si la sexualité, sans arrêt mise au premier plan, évoque L’Homme de l’ouest d’Anthony Mann, c’est plutôt aux Sept mercenaires et à Leone qu’on pensera pour le petit village et les méchants lâches et caricaturaux.
Le wu xia pan et le western spaghetti, en voilà des films de genre !


Note : 16/20