120429105000141088

genre: documentaire
année: 2010
durée: 50 minutes

Synopsis: La bataille de Stalingrad fut la 1ère défaite du IIIe Reich. Elle marqua un tournant de la 2nde guerre mondiale.

la critique d'Alice In Oliver:

La bataille de Stalingrad est surtout reconnue pour la férocité de ses combats. Elle est aussi synonyme de barbarie et de cruauté humaine, atteignant ici son paroxysme. Elle constitue également la première grande défaite des forces allemandes durant la Seconde Guerre Mondiale.
Pour le IIIe Reich, il s'agit d'un revers majeur qui va jouer un rôle déterminant par la suite. A l'origine, la stratégie d'Adolf Hitler est de priver la Russie de ses ressources et de ses vivres en attaquant Stalingrad. Beaucoup d'historiens pensent que l'issue de la Seconde Guerre Mondiale s'est jouée à Stalingrad.

Pourtant, les allemands étaient à deux doigts de remporter la victoire. Plus de six cents avions allemands lancent des bombes sur Stalingrad, mais les bombes n'ébranlent pas la résistance russe. En automne 1942, la Sixième Armée, dirigée par Von Paulus, est sur le point de prendre Stalingrad, devenu un champ de ruines, mais très vite, la ville devient une forteresse imprenable.
Lorsque les nazis pénètrent dans le centre de la ville, des combats à mort se déroulent dans les rues. La bataille de Stalingrad se transforme en guerre mobile et sanglante.

79081739_small

 

Les hommes se battent même sous terre et dans les égoûts au lance-flamme et au corps à corps. Certes, les allemands parviennent à conquérir plusieurs points stratégiques de Stalingrad, mais les soldats de l'Armée Rouge sont régulièrement fournis en armes et en provision.
Ce qui leur permet de regagner ces points stratégiques perdus. Le Général Tchouïkov personnifie la volonté de se battre à Stalingrad. Ensuite, l'Armée Rouge possède un avantage sérieux: des tireurs d'élite et des snipers déciment de nombreux soldats allemands.

Les conditions de survie deviennent de plus en plus terribles pour les combattants de l'armée allemande, qui n'étaient pas préparés à l'hiver russe. Ces combattants sont chaussés de bottes inadaptées à de telles conditions climatiques. Leurs équipements sont trop fragiles par rapport aux conditions extrêmes. Les généraux avertissent de la situation à Hitler, mais le Führer ne veut rien entendre.
Bientôt, la Wehrmacht est à bout de souffle. Les russes possèdent une réserve inépuisable d'hommes mobiles, sans compter un matériel de guerre en grande quantité.

p16rmti65v1ovd16cgohi1ve4ssj1

 

Ensuite, les russes possèdent une volonté à toute épreuve. Le 19 novembre 1942, l'Armée Rouge organise une contre offensive qui est un vrai désastre pour l'armée allemande. Bientôt, les soldats d'Hitler doivent se battre sur deux fronts et se retrouvent pris dans une tenaille.
Le 22 novembre, les russes encerclent Stalingrad. Le 25 novembre, Von Paulus demande la permission pour battre en retraite, mais Hitler continue à faire la "sourde oreille". La Sixième Armée est perdue. Le 26 novembre, Hitler promet d'envoyer des ravitaillements et des renforts.

Hélas, le ravitaillement ne se passe pas comme prévu. L'épais brouillard rend les vols difficiles, voire quasiment impossibles. Ensuite, l'Armée Rouge apparaît comme un ennemi mieux équipé, mieux organisé et mieux préparé. De nombreux soldats allemands sont abattus lors de leur approvisionnement. L'armée d'Hitler se retrouve très vite affaiblie par la faim.
Fin janvier 1943, les allemands commencent à déserter. Ils ont vécu l'enfer à Stalingrad et perdent de plus en plus de terrain. Certains soldats allemands commencent même à se suicider. Pourtant, Hitler refuse toujours la capitulation de ses hommes agonisant.

stalingrad01-5ab61



Le 31 janvier 1943, la Sixième Armée de Von Paulus dépose les armes et capitule. Son armée est faite prisonnière par les russes. Parmi ces 90 000 prisonniers, 5 000 seulement reviendront en Allemagne. Pour Hitler, cette défaite à Stalingrad est un véritable désastre avec plus de 300 000 hommes morts au combat. Personne n'avait prévu une telle défaite.
Bref, un documentaire souvent passionnant qui permet de mieux comprendre les enjeux de cette bataille extrêmement violente, l'une des plus importantes de l'histoire du XXe siècle.

Note: 15/20