affiche_Jugement_a_Nuremberg_1961_1

genre: drame
Année: 1961
durée: 3h05

l'histoire: En 1948, le juge Haywood est envoyé à Nuremberg pour présider le procès de quatre magistrats allemands accusés de trop de complaisance à l'égard du régime Nazi. L'un d'eux, Janning, se renferme dans un silence méprisant et, en écartant les témoignages et les films sur les camps de concentration, dit qu'il n'a fait qu'appliquer la loi en vigueur.

La critique d'Alice In Oliver:

A l'origine, Jugement à Nuremberg, réalisé par Stanley Kramer en 1961, est l'adaptation d'une pièce de théâtre. Ce long-métrage s'inspire également de la réalité historique et donc du Procès des Juges qui mirent en œuvre la loi nazie, un des procès de Nuremberg, qui eut lieu en 1947.
Au niveau de la distribution, ce drame réunit Spencer Tracy, Burt Lancaster, Montgomery Clift, Richard Widmark, Marlene Dietrich, Judy Garland, Maximilian Shell et William Shatner. Certes, Jugement à Nuremberg est une production hollywoodienne.

Pourtant, Stanley Kramer est loin de faire l'apologie des Etats-Unis. Il s'agit donc d'une oeuvre engagée, dont la thématique majeure repose sur la notion de responsabilité. Aussi est-il nécessaire de rappeler les grandes lignes du scénario. Attention, SPOILERS !
En 1948, le juge Haywood est envoyé à Nuremberg pour présider le procès de quatre magistrats allemands accusés de trop de complaisance à l'égard du régime Nazi. L'un d'eux, Janning, se renferme dans un silence méprisant et, en écartant les témoignages et les films sur les camps de concentration, dit qu'il n'a fait qu'appliquer la loi en vigueur.

 

0

 

Aujourd'hui, le film de Stanley Kramer est classé parmi les grands classiques hollywoodiens. Clairement, Jugement à Nuremberg n'a pas usurpé sa réputation. Pour l'anecdote, le film remportera deux Oscars: celui du meilleur acteur pour Maximilian Shell et celui du meilleur scénario adapté.
En tout cas, il s'agit d'un film choc, coup de poing et au propos courageux. Ici, personne n'est épargnée, que ce soit les nazis, le peuple allemand et tous ceux qui ont participé de près ou de loin à la Seconde Guerre Mondiale. Au risque de me répéter, la thématique principale est celle de la responsabilité.

En ce sens, Jugement à Nuremberg apparaît comme une sorte d'examen de conscience, mais un examen absolument nécessaire pour l'Histoire et le Travail de la Mémoire. Jugement à Nuremberg n'est donc pas un film manichéen et/ou de propagande.
Il s'agit avant tout de pointer le doigt sur la responsabilité des Juges allemands qui envoyaient des prisonniers (la plupart du temps des juifs) à la mort, en connaissant le verdict à l'avance. Les procès n'étaient finalement qu'une parade.

 

e728ff46-fbd4-11dc-ac29-b954ed4001fe

 

Ainsi, dans un premier temps, le film démantèle tout le système, tout le fonctionnement et toute l'organisation d'extermination du IIIe Reich. Tout ce système reposait donc sur une mécanique parfaitement huilée où la Shoah, le génocide et l'extermination de masse ne deviennent plus qu'une simple formalité administrative.
Toutefois, la réflexion du film ne consiste pas seulement à accuser ses petits Juges et le régime auquel ils ont obéi consciemment. Le film accuse également les Etats-Unis et les autres pays qui ont combattu le régime nazi. 

Le peuple allemand en prend aussi pour son grade. Comment pouvait-on savoir ? La vérité est pourtant la suivante: tout le monde savait. Oui, tout le monde savait que des millions de juifs étaient envoyés dans des camps afin d'y être exterminés et gazés.
Evidemment, la séquence clé du film est celle de la vidéo sur les camps de concentration. Impossible de rester insensible devant de telles horreurs et de telles exactions. De ce fait, le film pose deux nouvelles questions: doit-on punir de la même façon ceux qui ont fermé les yeux sur de telles atrocités ? Ne sont-ils pas aussi responsables que ces petits juges ?
Vous l'avez donc compris: Jugement à Nuremberg est un film beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Le réalisateur ne cherche pas à faire du sentimentalisme à tout prix. Toujours est-il que le long-métrage peut s'appuyer sur un casting solide. Mention spéciale à Burt Lancaster et Maximilian Shell.

Note: 18/20


Jugement à Nuremberg (1961) par Seskapil