a

Aujourd’hui Naveton Cinéma vous propose la seconde partie (je renvois donc, à la première partie, les intéressés) de la chronique dédiée à Marlon Brando, légende sacrée du cinéma et véritable personnalité hors caméras.

Après avoir été la plus grande star masculine d’Hollywood dans les années 50, Marlon Brando va faire tourner sa carrière de façon radicale à l’aube des années 60.

En 1962 il fait exploser sa réputation d’acteur ingérable, capricieux et imprévisible sur le tournage du remake des Révoltés du Bounty. La réalisation de cette super production pourrait faire l’objet d’un article. Brando est tout simplement incontrôlable.  L’acteur intervient sur tout et irrite tout le monde. Même Lewis Milestone qui pensait dompter le fauve  n’en peut plus. Brando irrite même les producteurs et ses partenaires. Il finit par diriger sa propre équipe pour tourner ses scènes. De plus tout le monde sait que l’acteur, qui a déjà perçu 500 000 dollars, doit aussi toucher 5000 dollars par jour de retard. On commence donc à le soupçonner de ralentir volontairement le tournage. Cependant Brando tournera finalement gratuitement les jours de retard. Cela dit il ne sera pas la seule cause de ce tournage véritablement infernal. C’est aussi durant la réalisation de ce film à Tahiti qu’il découvre Teti’aroa, un atoll qu’il achètera en 1966. Mais c’est aussi là qu’il rencontre Tarita une jeune tahitienne qui joue le rôle d’une indienne dans le film. Celle-ci deviendra sa troisième et dernière épouse.

b

Pour ce qui est de la performance dans le film, Brando est investi et signe une excellente prestation. Cependant il coulera en même temps que le Bounty. Désormais il a franchi les limites et personne ne veut plus travailler avec lui. Ajoutez à cela que l’Establishment veut se le farcir depuis longtemps, vous comprendrez que l’acteur devient blacklisté et sa carrière fait une chute libre.   

Dans les années 60 la qualité de ses projets sera inégale allant du bon : Le Vilain Américain, Morituri, La Poursuite Impitoyable, Reflets dans un œil d’or, Queimada, Le Corrupteur ; au mauvais : Les Séducteurs, L’homme de la Sierra, La Comtesse de Hong Kong, Candy, La Nuit du lendemain. Sa vie familiale est également un désastre.

Parallèlement, il dévoile son côté d’homme engagé plus que tout. En 1959 il fondait la branche hollywoodienne Sane, un groupe antinucléaire formé d’acteurs noirs comme Harry Belafonte. En 1963 il accompagne James Baldwin dans la marche sur Washington pour les droits civiques. En 1964, en compagnie de Paul Newman, il manifestera au côté des Freedom Riders contre la ségrégation.

Cette même année il prend encore la cause des amérindiens au cours d’un « fish-in » pour revendiquer les droits tribaux des indiens en pêchant illégalement dans la rivière Puyallup.

Mais l’acteur prend aussi part à la cause des afro-américains. Il sera très touché par la mort de Martin Luther King en 1968, pensant même abandonner sa carrière pour se consacrer aux droits civiques. Il déclara « Si le vide créé par la mort du Dr King n'est pas rempli par une vigilance et une compréhension et beaucoup d'amour, alors je crains que nous ne soyons tous perdus ». Il soutient financièrement les Black Panthers et assiste aux funérailles du leader noir George Jackson.

c

Il s’est aussi violemment opposé à la guerre du Vietnam.

Bien évidemment ses prises de positions lui coûtent cher et augmente l’hostilité de l’Establishment à son égard. 

De plus il gère mal sa carrière refusant des rôles dans La Bataille des Anges, Butch Cassidy et Le Kid et l’Arrangement.

Clairement Brando est dans l’autodestruction. A l’aube des années 70 il est considéré comme un « Has been ».

C’est un livre de Mario Puzo qui va le remettre à flots. En effet les studios veulent adapter cette histoire de mafia que tout le monde connaît aujourd’hui très bien. Ils mettent aux reines du film, le jeune Francis Ford Coppola, pensant pouvoir le manipuler facilement. En réalité c’est lui qui les manipulera. Outre tous les problèmes du film, il convient de trouver un acteur qui aura les épaules pour incarner Don Corleone alias Le Parrain. Puzo affirme avoir écrit le personnage en pensant à Brando. Il avait d’ailleurs envoyé un exemplaire de son bouquin à l’acteur où il lui conseillait d’accepter le rôle en cas d’adaptation. Mais à l’époque l’artiste avait répondu « Un parrain de la Mafia, ce n’est pas pour moi ». Mais Coppola à son tour insiste. Brando n’est plus en position de faire le difficile, sa carrière est au point mort, on le fuit comme la peste à Hollywood et il a des problèmes d’argent. De plus il s’intéresse désormais à la dimension politique et sociale du scénario. « Si la Cosa Nostra avait été un groupe socialiste ou noir, Corleone aurait été tué ou mis en prison…la mafia est si…américaine. » déclare t’il.

d

Coppola l’invite clandestinement à tourner un bout s’essai (car les studios ne voulaient tout simplement pas entendre parler de Brando). L’acteur maquillé et portant une petite moustache sicilienne, se met alors à partir dans un délire total. Il s’empare de deux Kleenexs, qu’il se fourre dans la bouche sous les joues, pour se donner selon lui l’allure d’un bouledogue. Il se met alors à parler avec une voix étouffée et une respiration hésitante. Tout ça pour déconner et mettre la bonne humeur, mais en réalité il vient de créer Don Corleone. Il revoit également le cachet qu’il demandait à la baisse. La Paramount est conquise et accepte de le prendre. Brando se retrouve alors avec une équipe de jeunes acteurs talentueux qui l’admirent : Al Pacino, James Caan, Robert Duvall…

On sait tous aujourd’hui ce qu’est devenu Le Parrain, un film culte adulé, souvent cité parmi les trois meilleurs films américains de tous les temps. A sa sortie le film bat tous les records au box office. Brando est de retour, le phœnix renaît de ses cendres. Il touchera une partie des recettes qui lui permettra de rectifier sa situation financière. Il se voit même décerné pour la seconde fois l’oscar du meilleur acteur. Brando tient sa revanche sur Hollywood. Pour ces derniers c’est l’heure de la réconciliation, d’où l’oscar, ils pensent enfin faire rentrer l’acteur imprévisible dans le rang. Mais Brando, bien qu’il ne crache pas sur l’argent, n’est pas tellement un carriériste. Lors de la cérémonie des oscars, il ne vient pas chercher sa statuette qu’il refuse. Il envoie sur scène l’indienne Sacheen Litlle Feather, vêtue en apache pour faire un discours sur les mauvais traitements infligés au indiens d’Amérique. Ce discours qui rend compte des méthodes scandaleuses du gouvernement crée un émoi dans la salle. La légende veut que John Wayne ait failli avaler son dentier. Pour Brando c’est aussi l’occasion d’adresser un petit Fuck à l’Establishment, pour leur dire qu’il ne rentrera pas dans le système. Une fois de plus il crée la polémique. Mais il devient également un exemple pour plusieurs acteurs qui dans les années 70, se font comme lui défenseur des nobles causes. Marlon est redevenu l’enfant terrible acclamé !

e

Les années 70 sont la renaissance. Il va tourner Le Dernier Tango à Paris avec Bernardo Bertolucci. Le succès du Parrain est monté à la tête de l’acteur. Alors que dans le film de Coppola il s’était montré sérieux et assidu apprenant son texte, il débarque sur le plateau de Bertolucci sans connaître une réplique. Qu’importe il sort sa spéciale et improvise presque tout. Et le pire c’est que Bertolucci fasciné, l’encourage à aller dans ce sens. Il y’a eu beaucoup de rumeur sur Le Dernier Tango à Paris, pourtant, tout (ou presque) fut simulé, et il n’y a eu aucun véritable rapport comme le voulait d’abord Bertolucci. Selon Maria Schneider, Brando aurait même dicté une partie de la mise en scène à Bertolucci (vrai ou faux ?). La jeune actrice ressortira éprouvé du tournage. Le film déclenchera l’un des plus gros scandales de l’histoire du septième art. Brando n’en ressort pas indemne et déclare désormais vouloir jouer « de façon moins dévastatrice sur le plan émotif ». « Dans les films qui ont suivi, j’ai cessé de vouloir vivre les émotions de mes personnages comme je l’avais fait jusqu’alors, et j’ai limité mon jeu à sa dimension technique» dit il.

Brando vit toujours sur sa petite île tahitienne. Mais sa vie de famille s’est disloquée il y’a longtemps. Lui et Tarita ont divorcé en 1972, notamment suite à des violences conjugales. L’acteur doit avoir un grand nombre d’enfants non reconnus, bien que les estimations de certains soient probablement exagérées.

En 1976, il accepte de jouer un chasseur de prime sur un ton parodique dans le western Missouri Breaks d’Arthur Penn. Une fois encore, l’acteur est en roue Libre et improvise tout. Le résultat est incroyable. Brando parvient même à éclipser son partenaire Jack Nicholson.

f

Dans cette fin des années 70. Il va retrouver Francis Ford Coppola qui tourne une adaptation du livre de Robert Conrad, Au cœur des Ténèbres transposé à la guerre du Vietnam. Ce film, c’est bien sur Apocalypse Now. Brando jouera le rôle du colonel Walter Kurtz, un officier devenu un fou sanguinaire. L’acteur qui avait promis d’arriver en condition athlétique avec un texte bien appris, se présente sur le tournage presque obèse, chauve et ne connaissant pas la moindre réplique. Il exige également des augmentations pour le retard du tournage. Coppola pour sa part, est déjà exténué par un tournage infernal devenu mythique. Brando se propose de l’aider à revoir totalement le personnage de Kurtz. L’apport de l’acteur est indéniable. Une fois de plus il improvise presque tout, notamment sa tirade terrifiante sur l’horreur. Sur le plateau cependant il refuse catégoriquement de tourner en présence de Dennis Hopper. Il donnera cependant un précieux coup de main à Martin Sheen pour leur scène du face à face. Brando qui avait juré de ne plus s’investir autant dans un rôle depuis Le Dernier Tango à Paris, rompt son engagement avec Apocalypse Now. Lui-même avoue « Jamais sans doute je n’ai été si près de me perdre dans un rôle ».

Plus tard dans ses mémoires l’artiste déclarera « J’ai réussi à fourguer ma camelote à Francis, qui tomba dans le panneau comme un seul homme. Mais à vrai dire, ce que je cherchais surtout depuis le début, c’était un moyen de raccourcir mon rôle pour me donner moins de boulot ». Pure provocation et mauvaise foie habituelle de l’acteur qui plus loin avoue « C’est l’une des meilleures scènes que j’ai jamais joué, parce qu’il fallait vraiment que je lutte pour garder mon contrôle. (…) J’étais hystérique ; je criais et je pleurais. Une scène merveilleuse ».

Sa performance est un dernier coup d’éclat avant un déclin. En 1978 il incarne le père de Superman dans le film du même nom. Il négocie alors le contrat le plus juteux de toute l’histoire du cinéma : 3,7 millions de dollars pour treize jours de tournage avec en plus une part sur les recettes.

g

La chute commence vraiment à partir des années 80. Il va ensuite enchaîner les films alimentaires avec des rôles sans carrures. La Formule, Une saison blanche et sèche, Premiers pas dans la Mafia, Christophe Colomb, Don Juan de Marco, L’Ile du docteur Moreau, The Brave, Free Money et The Score. L’acteur reconnaît lui-même qu’il a simplement besoin d’argent. Il se consacre désormais à son île Teti’aroa. Il se tient hors de portée de ce qu’il qualifie de « Hollywood Circus » qu’il déteste au plus haut point. Exilé comme un Robinson Crusoë, il a des projets pour son île. Projets pour la nature, recherches scientifiques, Hôtel. Quelques tempêtes et une mauvaise gestion mettent rapidement fin à ses rêves. Il continue à passer à la télévision dans les années 90. Critiquant ouvertement Hollywood.

En 1995 sur CNN face à Larry King, il fait scandale, en déclarant que Hollywood, la capitale du cinéma « est tenue par les juifs ». Il dénonce « L’Establishment juif d’Hollywood » et les accuse « d’exploiter les stéréotypes raciaux et ethniques». « Ils devraient avoir une grande sensibilité à la souffrance des peuples parce qu’ils ont été eux-mêmes exploités. On a vu le nègre, le gros latino, le chinetoque, le jap dangereux aux yeux bridés mais on a jamais vu le youpin parce qu’on sait parfaitement qu’on va dessiner les wagons autour.». Ces propos lui vaudront d’être taxé d’antisémite et d’être encore plus banni d’Hollywood. Son avocat Jay Kanter, lui-même juif, déclarera que l’acteur n’est pas antisémite. Il affirmera notamment que l’artiste « soutient l’Etat D’Israël », rappelant la pièce Un Drapeau est né à laquelle Brando avait participé. Mais Brando le fait mentir sur ce dernier point, puisque de la fin des années 90 jusqu’à la fin de sa vie en 2004, il soutient ouvertement et publiquement la Palestine et critique de façon virulente l’Etat D’Israël. Ce qui lui vaudra à nouveau d’être injurié et traité d’antisémite. Cela dit, l’acteur montre que même fini sur le plan professionnel, il continue à être un artiste engagé sur les causes politiques.

Mais sa vie privée est un enfer, il doit entretenir une meute de femmes et d’enfants. Quand il n’est pas à Tahiti, il s’enferme dans sa villa de Mulholland Drive, se goinfrant d’hamburgers et grossissant de façon démesurée. Il dort le jour et passe ses nuits sur un poste radio à lancer des appels à des inconnus en mer. Son fils Christian assassine le petit ami de sa sœur Cheyenne dans la villa de son père. Il ira cependant témoigner pour la cause désespérée de ce fils ravagé. Des années plus tard, Cheyenne se suicidera.

h

Brando pour sa part décède le 1 juillet 2004.        

Il laisse une empreinte indéniable dans le septième art. Comédien le plus surestimé de l’histoire pour certains, Plus grand acteur de tous les temps pour d’autres. Brando ne laisse pas indifférent. Sa personnalité incroyable a fait de lui un mythe.

Coppola dit de lui «Si j’ai rencontré trois génies dans ma vie, Marlon Brando est incontestablement en haut de la liste. »

D’une mauvaise foi légendaire et aussi d’une grande fainéantise. Il a probablement foutu en l’air sa carrière, mais il n’a pas hésité à tout sacrifier pour ses opinions et ses prises de positions ou son mode de vie. Il avait tout ! Vraiment tout ! L’agent, la gloire, les femmes, la beauté, les voitures… Mais il se moquait de tout ! Il a dit merde à tout ça, à la célébrité, à Hollywood, à une carrière prolifique et bien rangée, il voulait juste être Marlon Brando avec ses défauts et ses qualités.

 

Vince 12