voyage_of_the_rock_aliens

genre: film musical
année: 1984
durée: 1h35

L'histoire: Des aliens fans de rock'n' roll choisissent leur prochaine destination. Après une rapide incursion sur une planète peuplée de motards, ils décident de débarquer sur la Terre. Le leader des extraterrestres, un certain ABCD, tombe sous le charme d'une jeune étudiante. Mais il doit affronter un sérieux rival, Frankie, le chef d'une bande de marginaux.

la critique d'Alice In Oliver:

Difficile d'évoquer un nanar tel que Rock Aliens, également connu sous le nom de Voyage at the Rock Aliens (c'est son titre original), réalisé par James Fargo en 1984. Au niveau de ses influences, ce nanar atypique navigue entre le genre musical à la sauce Dirty Dancing et le genre extraterrestre. Voilà un mélange pour le moins surprenant !
Conçu à la base comme une production parodiant à la fois les films de science fiction des années 50 et les films de plage, Rock Aliens bénéciera d'une vaste publicité commerciale.

Son actrice principale, Pia Zadora, apparaît à l'époque comme le nouveau grand espoir féminin. La jeune interprète a déjà fait une apparition remarquée dans un film qui reste méconnu, à savoir Butterfly. Lancée par ce petit succès (mais vraiment petit, hein...), Pia Zadora espère poursuivre sa carrière et être propulsée au sommet de la gloire avec Rock Aliens.
Hélas, Pia Zadora remportera le razzie award de la pire actrice pour sa triste performance dans cette comédie musicale mâtinée de science ficition.

images

Pour l'anecdote, après avoir vu le résultat final, Pia Zadora et les producteurs décideront de suspendre la sortie du film, repoussée en 1988 et condamnée à une petite incursion très discrète dans les clubs vidéos et en vhs. Rock Aliens est-il aussi catastrophique qu'il en a l'air ?
Réponse : oui, et définitivement oui ! Certes, au niveau de ses influences, ce film musical est plutôt ambitieux puisqu'il joue sur les grands succès musicaux de l'époque tout en effectuant plusieurs clins d'oeils à l'univers du cinéma bis.

Hélas, les bonnes intentions s'arrêtent bien là pour un résultat final pour le moins déroutant. Les séquences musicales sont totalement bordéliques et s'enchaînent sans la moindre cohérence. A cela, il faut aussi rajouter des chorégraphies mal torchées même si les danseurs, Pia Zadora en tête, sont évidemment compétents. Et puis, il y a aussi le playback, totalement à côté de son sujet. Dans ce désastre filmique, les extraterrrestres au look rétro (lunettes roses et habits fantasques) viennent s'inviter aux hostilités.

voyage-of-the-rock-aliens-jimmy-and-the-mustangs

Evidemment, Rock Aliens a bien souffert du poids des années. C'est une production typique des années 80 avec son lot de vêtements bariolés en violet, de coiffures ringardes, de groupes pseudo rock mélangeant la disco, la new wave et la musique des Forbans.
Je vous laisse imaginer le désastre... Paradoxalement, c'est aussi cette formule complètement dépassée qui fait le charme de ce nanar hors catégorie. Clairement, le film ne nous refuse aucune excentricité, et ce, pour notre plus grand bonheur !

Dans ce fourre-tout musical à la limite du psychédélique (tout du moins, parfois et toujours de manière involontaire), l'acteur Michael Berryman vient jouer de la guitare et de la tronçonneuse ! Je me répète encore une fois, mais le spectacle en présence est totalement indescriptible.
Franchement, Rock Aliens mérite largement de figurer dans le panthéon des nanars, au moins dans le top 50 des plus mauvais films jamais réalisés. Rappelez-vous, on doit cette bouserie à un certain James Fargo, un réalisateur inconnu et qui le restera.

Note: je passe !
Note nanardeuse: 18/20