homme-qui-en-savait-trop

genre: policier, espionnage, suspense
année: 1956
durée: 2 heures

l'histoire: Un espion est assassiné à Marrakech et confie au Docteur Benjamin McKenna, rencontré la veille, qu'un attentat se prépare à Londres. McKenna et sa femme se retrouvent embarqués dans un complot international, obligés de se taire pour sauver leur fils gardé en otage.

la critique d'Alice In Oliver:

A l'origine, Alfred Hitchcock avait déjà réalisé une première version du film en 1934. Cette nouvelle version est donc un remake.
Au niveau des acteurs, L'Homme qui en savait trop, sorti en 1956, réunit James Stewart, Doris Day, Daniel Gélin, Brenda de Banzie et Bernard Miles.
Avec ce remake, Alfred Hitchcock varie les hostilités. Le début du film nous entraîne dans la ville de Marrakech.

Attention, SPOILERS ! En vacances avec sa femme et son fils, le Docteur McKenna (James Stewart) y fait la connaissance d'un français, Louis Bernard, ainsi que d'un couple d'anglais, les Drayton.
Seulement, dès le lendemain de leur rencontre, Louis Bernard, déguisé en arabe, est assassiné sous les yeux du docteur et de sa femme.
Quelques jours plus tard, c'est au tour de leur fils d'être enlevé par les Drayton. Sans le savoir, les McKenna se retrouvent bientôt embarqués dans un complot international, contraints de se taire pour sauver leur fils gardé en otage.

homme qui en savait tpew_Too_Much_trailer

Pour résoudre cette étrange affaire, les McKenna décident de retourner en Angleterre. Voilà pour les grandes lignes d'un scénario habile et qui joue avec les nerfs du spectateur.
D'ailleurs, le script est fidèle à la première version de 1934 mais contient quelques éléments différents. Au niveau de la tonalité, Alfred Hitchcock hésite entre suspense et espionnage.
A l'époque, le maître du suspense est au sommet de son art et n'a plus rien à prouver.

Encore une fois, le cinéaste signe un grand film et un petit bijou du cinéma. En même temps, Alfred Hitchcock peut s'appuyer sur de très bons acteurs, James Stewart et Doris Day en tête.
Sur la forme, ce remake est plus long que son modèle, soit quarante minutes de plus. Le film est à la fois dépaysant, divertissant et particulièrement tendu.
Impossible de deviner ce qui se trame derrière ce scénario malin qui multiplie les révélations et les rebondissements.

Homme-qui-en-savait-trop-

Ce remake contient également quelques séquences d'anthologie. C'est par exemple le cas de la fin qui se déroule pendant un concert.
C'est une conclusion magnifique, point culminant du film avec son lot de suspense. Encore une fois, L'Homme qui en savait trop brille par son mise en scène, particulièrement lumineuse et stylisée. Encore une fois, Alfred Hitchcock exploite habilement son décor.
Ensuite, le cinéaste parvient à rendre attachant un couple anonyme et sans histoire.

Clairement, le scénario paraît tout à fait crédible et prend une tournure pour le moins inattendue. En l'occurrence, le docteur McKenna et sa femme devront affronter un ennemi invisible mais plus que jamais menaçant. En tout cas, L'Homme qui en savait trop peu peut se ranger parmi les dix meilleurs crus du maître du suspense. C'est dire sa qualité !
Un classique du noble septième art, ni plus ni moins !

Note: 17/20