ninja T

Genre: action, arts martiaux
année: 1985
durée: 1h30

l'histoire: Trois élèves en arts martiaux recherchent le guerrier ninja d'or, une statuette réputée pour ses pouvoirs magiques.

La critique d'Alice In Oliver:

Sur ce blog, nous avons déjà évoqué les plus grands noms du nanar, Bruno Mattei, Ed Wood, Cetin Inanç et Jean Rollin faisant partie du menu fretin.
Toutefois, il ne faudrait pas oublier Godfrey Ho, un réalisateur asiatique presque exclusivement spécialisé dans les films de combat, et plus précisément, dans les films de ninjas. Preuve en est avec Ninja Terminator, sorti en 1985.

ninja T

Evidemment, un tel titre a le mérite d'attiser la curiosité du nanardeur. Pourtant, ici, il n'est pas question de robot.
Et non, il n'y aura pas de terminator ou de robot vengeur dans cette bisserie réalisée par Godfrey Ho. Néanmoins, les ninjas sont bel et bien au rendez-vous.
Encore une fois, le scénario fait partie des abonnés absents.

Tout du moins, le script n'est qu'un prétexte à toute une série de bastons sans queue ni tête. Attention, SPOILERS !
Trois ninjas se lancent à la recherche d'une statuette dorée. Chacun récupère une partie différente de l'objet sacré.
Une fois les morceaux réunis, la statuette transformera l'heureux possesseur en ninja invincible. Voilà pour les hostilités !

ninja-terminator03

A ce scénario, vient se greffer une histoire parallèle de trafic de drogue. Sur ce dernier point, le film est parfois incompréhensible.
Toutefois, on se fout un peu du scénario. Force est de constater que Ninja Terminator délivre largement la marchandise.
Enfin... La marchandise... Sur le baromètre du nanar bien entendu !

En vérité, cette série B (voire série Z) doit beaucoup à son acteur principal, un certain Richard Harrison, en ninja de service.
Ne vous attendez pas à voir un asiatique en tenue noire mais plutôt un blond moustachu au look très seventies découper de la pastèque avec son sabre et parler avec un jouet-robot en guise de maître spirituel !
Un grand moment de solitude !

ninja_terminator_15

En gros, Ninja Terminator ne se refuse aucune excentricité et part parfois dans tous les sens. Aussi aura-t-on le droit à des méchants qui dansent le jerk dans une boîte de nuit, ou encore à un asiatique affublé d'une perruque blonde en guise de bad guy. Mais encore une fois, c'est Richard Harrison qui assure le show à lui tout seul.
Chacune de ses apparitions est un véritable sommet de nanardise et de ringardise ! Bref, Godfrey Ho est fidèle à lui-même et signe une bouserie dont il a le secret.

Note: je passe !
Note nanardeuse: 16/20

 
#049 Bande-annonce Ninja Terminator