Que-La-Bete-Meure

genre: drame
année: 1969
durée: 1h55

l'histoire: Pour venger la mort de son fils, tué par un chauffard, un homme se lance sur la piste du coupable. Il parvient à retrouver sa trace et devient un intime de la famille. L'homme se révèle un être abject haï de tous.

la critique d'Alice In Oliver:

A la base, Que la Bête Meure, réalisé par Claude Chabrol en 1969, est l'adaptation d'un roman de Nicholas Blake.
Au niveau du casting, le film réunit Michel Duchaussoy, Jean Yanne, Caroline Cellier, Anouk Ferjac, Marc di Napoli et Maurice Pialat.
Pour l'anecdote, le rôle de Paul Decourt sera proposé dans un premier temps à Philippe Noiret mais l'acteur déclinera l'invitation.

Finalement, Claude Chabrol se reporte sur Jean Yanne. Certes, en apparence, le scénario est de facture classique mais se révèle beaucoup plus compelxe qu'il n'y paraît. Attention, SPOILERS ! Le jeune fils de Charles Thénier, un écrivain, est tué par un chauffard. Ravagé par la haine, la colère, le chagrin et la douleur, Charles veut retrouver l'assassin de son fils. Mais les pistes sont minces.
Toutefois, après de nombreuses investigations, Charles soupçonne fortement un garagiste, Paul Decourt.

que la bete

L'écrivain parvient à s'infiltrer dans la famille du garagiste sans éveiller les soupçons. Régulièrement, Charles tient une sorte de journal et/ou de bloc-notes dans lequel il déverse sa haine et sa soif de vengeance.
A partir de ces différents éléments, Claude Chabrol propose un face-à-face entre un père déchu et le meurtrier de son fils.
L'opposition entre les deux hommes tient toutes ses promesses.

L'air de rien, le film aborde de nombreuses thématiques passionnantes, entre autres, la légitimité de la vengeance, la condamnation et les notions de justice et d'injustice. Personnellement, Que la Bête Meure reste mon film préféré de Claude Chabrol qui signe ici un grand classique du cinéma français.
Plus que jamais, Que la Bête Meure s'apparente à un film douloureux qui aborde également l'incapacité à faire le deuil.

que la bete

Au niveau de la tonalité, le film est particulièrement austère et cynique. Ensuite, Claude Chabrol peut s'appuyer sur d'excellents acteurs.
Par exemple, Jean Yanne campe un personnage abject, méprisé par sa famille, et tout particulièrement, par son propre fils.
Voilà un détail qui va prendre toute son importance par la suite. Je n'en dis pas plus...

Que la Bête Meure est un film profondément dramatique et ressemble à une tragédie grecque. Enfin, le film contient quelques séquences d'anthologie.
Par exemple, comment ne pas évoquer la scène du repas de famille, Jean Yanne délivrant un numéro à la fois cynique et pathétique dans la peau d'un père dominateur et dictateur ? Quant à Michel Duchaussoy, l'acteur interprète un personnage ambigü, à la fois lâche, mythomane et manipulateur, le but étant d'accomplir à tout prix sa vengeance. Bref, un drame coup de poing et l'un des mes films français préférés.

Note: 19/20

 
Que la bête meure (Chabrol, 1969)