nightoftheghouls

genre: horreur, épouvante
Année: 1959
durée: 1h20

l'histoire: Le lieutenant Daniel Bradford est envoyé en mission pour enquêter sur la maison des Saules, une ancienne demeure hantée. Détruite par un incendie, la maison a été reconstruite et des faits étranges semblent encore s'y dérouler.

la critique d'Alice In Oliver:

Pour ceux qui ont le malheur de suivre régulièrement ce blog, ils connaissent forcément le nom d'Ed Wood, considéré comme le plus mauvais réalisateur de tous les temps, et responsable, entre autre, du pire film de toute l'histoire du cinéma, Plan Nine From Outer Space. Ruiné après le four commercial de son dernier long-métrage (le même Plan Nine From Outer Space), Ed Wood ne désespère pas de signer le chef d'oeuvre qui fera connaître son talent à travers le monde entier.

nuit des R

C'est donc dans des conditions catastrophiques que se déroule le tournage de La Nuit des Revenants, réalisé en 1959.
Ce film d'épouvante sera financé par les amis du cinéaste. Ce dernier connaît des heures difficiles et boit plus que de raison.
Les amis d'Ed Wood sont donc les producteurs de ce nouveau film d'horreur et officient également en tant qu'acteurs bénévoles.

Quant à Ed Wood, il doit composer avec les moyens du bord, soit avec quelques morceaux de bobine et un budget ultra serré.
Le réalisateur n'a donc pas le droit à l'erreur, et tant pis si un acteur se casse la figure pendant une prise. Il faudra faire avec et accepter le film tel qu'il est.
Pire encore, Ed Wood ne pourra jamais développer son long-métrage sur pellicule. La Nuit des Revenants sortira donc 20 ans plus tard, après la mort du cinéaste et sa consécration du plus grand nanardeur de l'histoire du septième art.

Night-Of-The-Ghouls-1959

Voilà un bien triste constat. Faut-il en rire ou en pleurer ? Réponse: les deux à la fois ! Car ne l'oublions pas: Ed Wood avait le mérite de ne jamais se prendre au sérieux, réalisant ses films avec une foi qui transporte les montagnes.
Seul problème, et pas des moindres, le résultat n'est pas du tout à la hauteur des attentes, le cinéaste étant incapable de transposer son univers farfelu sur pellicule.

En vérité, La Nuit des Revenants est la suite de La Fiancée du Monstre, sorti trois ans auparavant. Au niveau du casting, pas de surprise.
On retrouve les amis fidèles du réalisateur, donc, Tor Johnson, affublé d'un maquillage torché avec du papier mâché, Criswell, Keene Duncan, Duke Moore et Velda Hansen. Pour le reste, La Nuit des Revenants fait partie des gros nanars et des films OFNI du cinéma.

nuit des R

On relève donc ici et là quelques séquences anthologiques. Comment ne pas citer les scènes d'épouvante nous montrant une trompette (qui joue faux !), tenue par un bout de ficelle hélas visible ? Ou encore un oeil en caoutchouc qui se balade un peu partout dans les airs ? Sans compter une table avec des squelettes en mousse en guise de convives... Bref, Ed Wood est fidèle à lui-même et à son cinéma.
Bien sûr, les stock-shots, les emprunts pelliculaires à d'autres films et/ou documentaires font partie du menu fretin, histoire de faire du remplissage et de tenir ce long-métrage sur une durée convenable, soit une heure et 20 minutes de bobine.
Pourtant, il règne dans ce film fauché un esprit bon enfant qui renforce le capital sympathie pour cette entreprise condamnée à l'avance.
En résumé, La Nuit des Revenants est un film tellement nul qu'il en devient étrangement génial. Allez comprendre...

Note: difficile de noter un film pareil et je renvoie à la chronique pour les conditions du tournage
Note nanardeuse: 17/20

 
Clip_Night Of The Ghouls (1959) Edward D. Wood Jr[(081720)00