il_etait_une_fois_en_chine_3_le_tournoi_du_lion

genre: action
année: 1993
durée: 1h50

l'histoire: L'impératrice douainière décide d'instaurer la compétition de la Tête de Lion, qui doit distinguer les plus grandes écoles de kung-fu de Chine.

la critique d'Alice In Oliver:

Tsui Hark fait partie de ces réalisateurs de talent même si le cinéaste compte tout de même quelques long-métrages dispensables (pour ne pas dire de sacrés navets) dans sa filmographie. Au hasard, on évitera de parler du cas pathologique de The Master, dans lequel on retrouve également Jet Li.
C'est d'ailleurs lui le héros de cette saga en six épisode (je crois), j'ai nommé Il Etait Une Fois En Chine.

Désolé, je commencerai donc par le troisième volet puisque c'est celui que j'ai vu en premier, en sachant que je n'ai vu aucun épisode de la franchise.
Donc, difficile de comparer ce troisième opus aux précédents chapitres de la saga. Toujours est-il que j'ai
passé un très bon moment devant ce film d'action qui mélange habilement combats et comédie.

En effet, dans Il était une fois en Chine 3, notre héros, Wong Fei Hong, est un maître des arts maritaux. C'est aussi un adversaire redoutable et craint de tous.
Dans ce nouvel opus de la franchise, il participe donc à un tournoi réunissant les meilleurs combattants du
moment.
Parallèlement, une jeune femme tombe amoureuse de lui.

Elle tente alors de le séduire en lui apprenant quelques mots et expressions anglaises. Ce qui donne lieu à quelques répliques hilarantes et franchement bien senties. Le bonheur des acteurs fait plaisir à voir.
C'est vraiment un film de bastons sympa et les chorégraphies sont également impressionnantes.
Vraiment, le cinéma asiatique reste le seul maître à bord (et de loin) dans un genre qu'essaie maladroitement d'imiter les américains.
Un bon film de genre qui permet d'exploiter l'énorme talent et les prouesses de Jet Li. Un bon acteur au final surtout lorsqu'il est employé par un  bon cinéaste.

Note: 15.5/20