vol_93,0

genre: drame
année: 2006
durée: 1h45

l'histoire: 11 Septembre 2001. Quatre avions sont détournés par des terroristes dans le but d'être crashés à New York et à Washington. Trois atteindront leur cible, pas le vol 93.

la critique d'Alice In Oliver:

Plus que jamais, le 11 Septembre 2001 reste un sujet difficile. Preuve en est avec le film d'Oliver Stone, un certain World Trade Center, qui sera le tout premier long-métrage sur ce drame encore très présent dans les esprits.
Malheureusement, Oliver Stone sombrera dans le film propagandiste. Mais ce n'est pas le sujet de cette chronique.
Toujours est-il que l'on pouvait craindre ce Vol 93, réalisé par Paul Greengrass en 2006.

A noter qu'il existe aussi un téléfilm, Flight 93, sorti la même année, et qui traite également du même sujet.
Pour l'anecdote, Vol 93 sera réalisé en collaboration avec les familles des victimes et consiste donc à retracer chronologiquement les 90 minutes pendant lesquelles les passagers ont vu l'avion détourner par des terroristes.

A partir de là, Vol 93 se veut le plus réaliste possible. Il s'agit davantage d'une reconstitution réalisée à partir des sms et des appels téléphoniques des différents passagers durant le détournement de l'appareil.
Pourtant, certains faits restent troubles et matière à polémique. Vol 93 est donc un film choc. Au niveau du casting, Paul Greengrass a donc choisi des acteurs méconnus du grand public.

Ensuite, à la demande des producteurs, Vol 93 n'aura presque aucune exploitation commerciale. Tout du moins, aucune bande annonce ne sera montrée avant sa sortie au cinéma. Au niveau de la forme, Vol 93 ressemble donc à un documentaire.
Ne vous attendez donc pas à voir un film hollywoodien qui consiste à glorifier les Etats-Unis. Sur le fond, Vol 93 est aussi un film catastrophe qui se distingue des longs-métrages habituels du genre.

Ici, pas de happy end ou de héros musclé et courageux qui débarque et punit les méchants terroristes. La fin est connue de tous.
Vol 93 traite son sujet de manière brute et frontale, engageant carrément le spectateur à l'intérieur de l'appareil.
Le spectateur est donc invité à partager la peur, la tension et la fin de passagers se sachant condamnés à l'avance.

C'est d'ailleurs l'essence même du film: rendre hommage à ces passagers qui ont vécu un drame encore sujet à de nombreuses polémiques.
Certains pourront éventuellement critiquer l'utilité d'une telle oeuvre, qui ne revendique strictement rien. D'autres y verront un film réaliste et très éloigné des productions hollywoodiennes du même genre.
Difficile alors de noter un tel long-métrage...

Note: ?

 
[BA]vol 93