sexacademy

genre: comédie
année: 2001
durée: 1h35

l'histoire: Jake Wyler, le footballeur le plus populaire de son lycée, fait le pari de transformer Janey Briggs, une artiste au physique ingrat, en une reine de bal.

La critique d'Alice In Oliver:

Et non, Sex Academy, réalisé par Joel Gallen en 2001, n'est pas un nouvel épisode de la saga American Pie. Ca a le goût et même l'odeur d'un American Pie, mais Sex Academy n'est pas (encore une fois) un nouveau volet de la célèbre franchise. 
En vérité, Sex Academy pourrait s'apparenter à un remake ou plutôt à une parodie d'Elle Est Trop Bien, une comédie déjà foireuse et avec Freddie Prinze Jr.

Le scénario est exactement le même ! Attention, SPOILERS ! Jake Wyler, un footballeur très populaire dans son bahut, fait un pari insensé avec ses amis.
Il doit séduire Janey Briggs, une artiste peintre binoclarde et coincée. A partir de là, bienvenue dans un festival de gags douteux et exclusivement situés en dessous de la ceinture. Vous l'avez donc compris: Sex Academy est un énième teen movie.

sex A0

Parvient-il à renouveler le genre ? Réponse: non ! Est-ce une comédie hilarante ? Non plus ! Toujours est-il que l'on remarque la présence de Chris Evans parmi les acteurs principaux. Le reste du casting est condamné à rester dans l'anonymat le plus total. Et franchement, tant mieux !
Sex Academy accumule tous les poncifs du genre sans jamais surprendre et élaborer un scénario un peu près correct.

En résumé, Jake Wyler (Chris Evans) est la caricature du footballeur macho. L'intrigue est archi prévisible. Dans un premier temps, Jake se moque de sa nouvelle dulcinée. Pourtant, une fois relookée, cette dernière se révèle tout à fait séduisante.
Jake finit par succomber au charme de l'étudiante maladroite. Ce teen movie multiplie également les personnages sans saveur, à savoir les adolescents prépubères qui veulent à tout prix être dépucelés avant d'aller à la fac.

sex A

On prend les mêmes et on recommence ! Pour le reste, Sex Academy a pour volonté de se moquer de la formule de tous les teen movie du moment.
Les codes inhérents du genre passent donc à la trappe à coup de blagues scatos (clairement, le film ne lésine pas sur les séquences pipi caca prout) et de scènes filmées au ralenti (en gros, à chaque fois qu'une jolie fille se pointe).
Clairement, Sex Academy n'a pas pour vocation de jouer la carte de la finesse et le revendique haut et fort.
Hélas, la formule s'épuise rapidement. La faute revient à une surenchère de gags qui passent totalement à côté de la plaque.
Allez hop, poubelle !

Note: pas envie de noter ça !