fortress

genre: science fiction
année: 2000
durée: 1h30

l'histoire: Depuis son évasion de la prison Men-Tel, John Brennick se terre avec sa femme et son fils au coeur de la forêt. Pour permettre à ces derniers de prendre la fuite, John se sacrifie et retombe entre les mains de Men-Tel. La prison se trouve sur une station spatiale. Mais John a déjà prouvé par le passé: aucun système n'est infaillible.

la critique d'Alice In Oliver:

Déjà, à la base, le premier Fortress, réalisé par Stuart Gordon, n'avait rien d'extraordinaire et faisait figure d'une petite série B nanardeuse mais plutôt sympathique. On pouvait donc se demander quel était l'intérêt de produire une suite, donc, Fortress 2: Réincarcération, cette fois-ci réalisée par Geoff Murphy.
En même temps, cela fait plusieurs années que la carrière de Christophe Lambert est au point mort.

Certes, le frenchy continue de tourner aux Etats-Unis mais dans des productions de seconde zone, souvent synonymes de nanars en puissance et sortant directement en dvd. Au niveau du scénario, pas de surprise.
On prend les mêmes et on recommence ! Attention, SPOILERS ! Cela fait maintenant plusieurs années que John Brennick (Christophe Lambert) est parvenu à s'échapper de la prison Men-Tel, plus connue sous le nom de Fortress.

Désormais, John vit avec sa femme et son fils. La petite famille vit dans les bois (rires !) et craint toujours les représailles de la société Men-Tel, qui ne l'a jamais oublié.
Pas de panique ! Men-Tel capture à nouveau Brennick, à nouveau enfermé dans une prison de haute surveillance.
Mais haute technologie oblige, la prison est encore plus surveillée qu'avant. Tout du moins, la prison se trouve carrément en orbite spatiale à plusieurs milliers de kilomètres de la Terre.

fortress 2

Cette fois-ci, les producteurs nous le promettent: il est impossible de s'évader ! C'est d'ailleurs ce que rappelle le directeur de la prison à Nanar Lambert.
Pourtant, ce n'est pas faute d'essayer, mais Lambert se fera attraper et condamné au trou. Qu'à cela ne tienne, Christophe Lambert est un petit rebelle et arrive à élaborer un plan pour prendre la fuite.
Pour le reste, Fortress 2 accumule tous les poncifs du genre: des prisonniers caricaturaux (un mafieu et ses sbires, un teigneux qui veut la peau de Lambert ou encore un taulier qui collectionne les insectes), sans compter des gardiens cruels et sadiques.

Les personnages n'ont aucun intérêt. La nouvelle prison de haute sécurité non plus. Faute de pouvoir proposer un spectacle digne de nom, le film multiplie les plans nichons. Et oui, la nouvelle forteresse n'est pas forcément l'enfer annoncé.
Ici, les femmes prennent leur douche avec les hommes. Ce qui nous vaut quelques plans hot, pour notre plus grand plaisir. 
Pendant ce temps, Christophe Lambert mène la révolution contre la dictature en place.

Visuellement affreux, Fortress 2 nous gratifie de quelques plans très moches dans l'espace. Quant à Christophe Lambert, l'acteur n'a pas l'air très emballé par cette suite et semble surtout s'ennuyer dans ce nanar de science fiction.
Ca tombe bien, nous aussi ! A noter également la présence de Pam Grier qui ne sert strictement à rien. Sinon, c'est tout ?
Oui, c'est tout.

Note: ah non !

 
Fortress 2 : Réincarcération - Bande annonce