incorruptibles-affiche-film

L'histoire: 1930, Chicago. Al Capone fait sa loi mais Eliot Ness, John Malone, Oscar Wallace et George Stone, flics non corrompus, ne vont pas le laisser faire...

La critique d'Alice In Oliver:

Les Incorruptibles, réalisé par Brian de Palma en 1987, est évidemment l'adaptation de la célèbre série américaine des années 50.
Le scénario s'inspire également des mémoires d'Eliot Ness. Pour le personnage d'Al Capone, Brian de Palma veut à tout prix Robert de Niro, mais l'acteur se consacre désormais au théâtre et tient à s'éloigner un peu des plateaux de cinéma.

Brian de Palma engage alors Bob Hoskins. Mais devant l'insistance du réalisateur et séduit par le script du film, Robert de Niro accepte.
Tant pis pour Bob Hoskins ! Robert de Niro s'investit totalement dans son personnage, se rase le crâne et prend 12 kilos en l'espace de cinq semaines.
En dehors de Robert de Niro, Les Incorruptibles réunit également Sean Connery, Kevin Costner, Andy Garcia, Charles Martin Smith et Richard Bradford.

 Andy Garcia, Charles Martin Smith, Kevin Costner, Sean Connery, Brian De Palma dans Les Incorruptibles (Photo Christophe L)

Le rôle d'Eliot Ness sera proposé à Harrison Ford, William Hurt et Mel Gibson mais tous déclineront l'invitation.
Kevin Costner est donc l'heureux élu. Sur ce dernier point, Les Incorruptibles constitue le premier blockbuster de l'acteur.
Pour l'anecdote, le personnage incarné par Charles Martin Smith, un certain Oscar Wallace, est librement inspiré d'un ex-comptable, qui a grandement participé à la chute d'Al Capone en dénonçant ses fraudes fiscales.

Pour le reste, il est important de situer ce film policier dans son contexte, donc dans l'Amérique des années 30, et au moment de la Prohibition.
Avec Scarface, Brian de Palma brossait le portait d'un mafieu ambitieux, drogué et à l'égo démesuré. Avec Les Incorruptibles, le cinéaste s'intéresse davantage aux policiers, à ceux qui sont fiers de porter la plaque étoilée.
Al Capone est donc un personnage secondaire mais fort en gueule et prêt à en découdre avec son nouvel ennemi, le même Eliot Ness.

 Andy Garcia, Kevin Costner, Sean Connery dans Les Incorruptibles (Photo Christophe L)

Ce dernier s'est mis en tête d'arrêter par tous les moyens le célèbre bandit. Pour cela, le policier doit s'entourer des meilleurs flics de la ville, des personnes irréprochables et prêtes à sacrifier leur vie au nom de la justice.
Le scénario est de facture classique mais la formule fonctionne à merveille. En même temps, les quatres incorruptibles (Kevin Costner, Sean Connery, Andy Garcia et Charles Martin Smith) sont particulièrement attachants.

incorruptibles

 

Brian de Palma a le mérite de se concentrer sur des personnages hauts en couleurs et à la personnalité bien trempée.
Ensuite, ce nouveau combat contre le crime n'a rien d'une promenade de santé. Les quatre flics mettent leur propre vie en danger et certains d'entre eux connaîtront une fin horrible. Encore une fois, Brian de Palma excelle derrière la caméra et signe un polar nerveux, rythmé et sans temps mort.
Certes, le film manque cruellement de surprises. L'ensemble reste de facture conventionnelle. Mais encore une fois, la recette fonctionne.
Qui s'en plaindra ?

Note: 16/20