on-a-retrouv-la-7me-compagnie

genre: comédie
année: 1975
durée: 1h20

l'histoire: Tentant de rejoindre le sud de la France, les rescapés de la 7ème Compagnie sont de nouveau attrapés par les allemands. Il s'évadent une seconde fois, déguisés en officiers.

la critique d'Alice In Oliver:

On a retrouvé la 7ème Compagnie, réalisé par Robert Lamoureux en 1975, est évidemment la suite de Mais où est passée la 7ème Compagnie ?
Aldo Maccione, un peu trop gourmand au niveau du cachet, est remplacé au pied levé par Henri Guybet, qui trouve ici son premier grand rôle au cinéma.
Jusque-là, l'acteur a toujours été cantonné aux seconds couteaux et se retrouve face à un casting en or: Pierre Mondy, Jean Lefebvre, Robert Dalban, Pierre Tornade, Jacques Monod, Bernard Dhéran, Jackie Sardou, Hubert Deschamps, Michel Modo et Robert Lamoureux lui-même.

Evidemment, une telle suite est attendue au tournant. Personnellement, je trouve ce second épisode tout aussi réussi que le premier.
En un sens, les soldats Tassin, Chaudard et Pithiviers ressemblent beaucoup aux Bidasses, d'autres militaires idiots interprétés par les Charlots.
Eux aussi apparaissent comme les joyeux huluberlus de l'armée française.

7compagnie2

Pourtant, nos trois héros vont donner bien du mal aux allemands. Pour Robert Lamoureux, c'est une façon comme une autre de parodier la Seconde Guerre Mondiale. Certes, nos trois soldats sont courageux mais terriblement maladroits. Il suffit de regarder la séquence d'évasion avec les matelas (une scène d'anthologie et hilarante) pour s'en convaincre.

Impossible de ne pas rire devant cette comédie fort sympathique et indéniablement populaire. Mieux encore, Henri Guybet, méconnu à l'époque, parvient à faire oublier l'absence d'Aldo Maccione.
Le film contient quelques répliques cultes: " Groupir ! Il faut rester groupir !", "Si je connais le con qui a fait sauter le pont...", ou encore "Alors, le fil vert sur le bouton vert, le fil rouge sur le bouton rouge".

7eme compagnie

On a retrouvé la 7ème Compagnie reste également le dernier bon épisode de la trilogie. La comédie peut s'appuyer sur certains seconds rôles intéressants, notamment Robert Lamoureux, véritable expert pour faire exploser un pont dès qu'il en a l'occasion, ou encore Pierre Tornade, un militaire victime des facéties de Tassin et les siens. Enfin bref, vous l'avez compris: j'aime beaucoup cette comédie.
Et c'est aussi une façon de rendre hommage à ce très grand artiste qu'était Robert Lamoureux.

Note: 15/20


Best Of CINEMA "on a retrouvé la 7eme Compagnie"