187-code-meurtre-37398

genre: drame (interdit aux - 12 ans)
année: 1997
durée: 1h55

l'histoire: A la suite d'une altercation avec un élève instable, Trevor Garfield, un professeur dévoué à sa tâche, est agressé à coups de couteau. Quelques mois plus tard, marqué par cet événement, l'enseignant est intégré dans un nouvel établisssement, à la réputation sulfureuse.

la critique d'Alice In Oliver:

187 Code Meurtre, réalisé par Kevin Reynolds en 1997, a de grandes ambitions puisque ce drame a pour objectif de nous alerter sur la violence qui règne au sein de certains établissements scolaires aux Etats-Unis.
Kevin Reynolds opacie son propos et le justifie via une simple phrase de conclusion: "ce film a été écrit par un professeur".

En résumé, ce qui nous a été présenté est la vérité pure et dure. Désormais, la situation de certains lycées et/ou collèges américains est catastrophique. En résumé, les élèves gangsters sont fouillés à l'entrée des établissements.
Malheureusement, cette précaution n'est pas suffisante. Preuve en est avec l'histoire de Trevor Garfield, un professeur de biologie, poignardé par un de ses élèves.

187

Evidemment, une telle expérience laissera des cicatrices indélébiles. Quelques mois plus tard, le professeur refait surface mais il est muté dans un nouveau lycée. Malheureusement pour lui, l'établissement ressemble à l'enfer sur Terre.
Très vite, l'enseignant doit faire face à des cancres notoires, voire même des taulards qui viennent uniquement en cours dans l'espoir de réduire leur peine.

Trevor est alors confronté à la violence d'un élève, particulièrement insolent, qui se drogue et se moque profondément de l'école.
A partir de ces différents éléments, le propos du film est plus que douteux et franchement, pas clair. Dans un premier temps, Kevin Reynolds nous décrit un professeur plein d'espoir, qui croit encore au système éducatif.
Dans ce premier acte, le cinéaste fait l'éloge d'une école humaniste.

187_1997_reference

Pourtant, dans la seconde partie, le propos est totalement différent, pour ne pas dire contradictoire. Déçu par les hautes instances du système éducatif qui ne le soutiennent pas, Trevoir Garfield change son fusil d'épaule.
En résumé, il passe d'un professeur dévoué corps et âme à son travail à un tueur sanguinaire et revanchard sur ses propres élèves.
Pire encore, la fin se transforme en parodie de justice, Kevin Reynolds ayant pour ambition de signer un film choc et nihiliste.

Certes, le sujet de 187 Code Meurtre est intéressant, mais le propos du film le rend stérile, douteux et finalement quelconque.
On fermera également les yeux sur certaines caricatures, notamment le personnage de John Heard, qui incarne ici un professeur ch'tarbé, ce dernier tenant sa classe avec son révolver ! Ridicule ! Bref, un petit navet souvent risible mais qui n'a rien de sympathique.

Note: 05/20
Note naveteuse: 13/20


187 Code Meurtre - Bande annonce FR