Malediction_finale_1980_1

genre: horreur, épouvante (interdit aux - 12 ans)
Année: 1981
durée: 1h45

l'histoire: Damien Thorn a aujourd'hui 32 ans, et sa seule ambition est de dominer le monde. L'heure de l'Apocalyse a sonné.

la critique d'Alice In Oliver:

Fin de la trilogie avec ce dernier chapitre, intitulé La Malédiction Finale, et réalisé par Graham Baker en 1981, qui a la lourde tâche d'achever la saga en apothéose. En effet, après deux très bons opus, ce dernier chapitre est évidemment attendu au tournant, d'autant plus que le second épisode n'a pas marché dans les salles obscures.

Malheureusement, La Malédiction Finale est loin de tenir les promesses annoncées. Pourtant, le film de Graham Baker commence plutôt bien.
Dans ce dernier chapitre, Damien a désormais 32 ans. C'est un homme qui a réussi dans la vie, accédant au plus grand échelon du pouvoir.
C'est aussi un homme charismatique, ambitieux, froid, manipulateur, cupide et calculateur. Bref, le portrait parfait de l'Antéchrist.

A ce sujet, le film suit donc une certaine logique, Damien passant par différents stades: du jeune gosse innocent mais maléfique, puis par l'adolescent qui prend conscience de ses pouvoirs démoniaques, à un adulte déterminé et prêt à tout pour semer la terreur sur la Terre.
Mais l'homme doit faire face à une nouvelle menace. En effet, selon les écritures bibliques, l'Antéchrist sera tenu en échec par le nazaréen (le nouveau Jesus-Christ) lors de la confrontation finale.
Certes, le nazaréen n'est qu'un bébé et Damien ne connaît pas sa véritable identité. Il ordonne alors à ses sbires de le retrouver et de le tuer.

maledictionfinale_4_damien

Certes, présenté comme cela, ce troisième chapitre a l'air passionnant, d'autant plus que Sam Neill est réellement convaincant dans la peau de Damien.
Malheureusement, l'acteur est desservi par un film d'épouvante mou du genou, et dans lequel il ne passe pas grand chose.
Alors que les deux précédents épisodes jouaient la carte de la terreur, ce nouvel opus est étonnamment poli.

Ici, peu de meurtres au programme, si ce n'est la noyade d'une jeune mère de famille. Et encore, cette dernière ne meurt pas véritablement, sauvée in extremis par un Damien toujours aussi machiavélique.
Toutefois, au niveau des séquences horrifiques, pas grand chose à retenir. On attend désespéremment la confrontation finale, annoncée depuis le premier épisode, mais expédiée en trois minutes (chronomètre en main !).
En résulte un petit navet, forcément décevant, la faute à une réalisation bancale et incapable de proposer le moindre rebondissement digne de nom.
Pourtant, La Malédiction Finale n'est pas le dernier volet en date puisque les producteurs signeront un quatrième épisode, Damien étant remplacé par une fillette idiote et hystérique.

Note: 05/20
Note naveteuse: 12/20