Genre : Horreur

Année : 2012

Durée : 1h28

L'histoire : Une gentille famille américaine voit son existence virer au cauchemar le jour ou un petit garçon du voisinage vient habiter chez eux.

La Critique De Titi70 :

C'est reparti pour un nouvel épisode de la saga médiocre Paranormal Activity avec un 4ème opus. Pour l'occasion, les réalisateurs du troisième film, à savoir Henry Joost et Ariel Schulman reprennent du service.

Inutile de s'attarder sur la casting, puisque, fidèle à son habitude, ce sont tous des inconnus ou presque.

Le film démarre donc cinq ans après les évènements du second opus, qui nous sont rappellés en ouverture de film. Les membres d'une famille américaine sans histoires sont réunit à l'occasion du match du petit dernier. Il manque juste le père de famille qui arrivera un peu tard.

Pendant que la partie se déroule tranquillement, Alex, l'ainée des enfants, remarque la présence d'un étrange petit garçon à l'autre bout du terrain.

Une fois rentrée chez eux, tous apperçoivent de nouveau l'enfant qui semble avoir emménagé en face de chez eux.

Au milieu de la nuit suivante, ils sont réveillé par des sirènes et le lendemain, le gamin est recueilli par la famille d'Alex, le temps que la mère du petit sorte de l'hopital.

Ayant le mème age, celui ci se lie immédiatement d'amitié avec le plus jeune des enfants de la famille. mais, Alex se méfie de cet enfant au comportement pour le moins étrange.

Bientôt, des phénomènes bizarres se produisent dans la demeure familiale. Un des amis d'Alex bricole alors les Webcams des ordinateurs et de la console du salon pour que chaque appareils filment en permanence tout ce qui se passe.

Si vous avez trouvé les precédent films de la saga bien merdiques, sachez que ce quatrième épisode commet l'exploit de s'enfoncer encore plus, au point d'en devenir franchement drôle tellement certaines passages nagent dans le nawak le plus total.

Niveau scénario, les auteurs de la saga ont décidé de s'inspirer de Poltergeist (le gamin qui cause devant la télévision, les chaises qui bougent dans la cuisine), tout en lorgnant clairement sur les histoires de possessions démoniaques.

A tel point que les fameux phénomènes du film, déjà guère nombreux (une porte qui s'ouvre, un lustre qui tombe, une autre porte de garage qui se ferme et une voiture qui se met en marche toute seule, manquant d'asphixier l'héroine) ne sont plus ici qu'un prétexte absolument pas justifié par le film qui lorgne, encore une fois, beaucoup plus sur une histoire de possession.

En résulte un long métrage ou, à l'instar des autres épisodes, il ne se passe pas grand chose, voir rien du tout, du moins jusqu'a un final qui tente d'accelerer un peu le mouvement.

Mais, comme je le disais plus haut, la ou ce film fait preuve d'une connerie abyssale, c'est lors de quelques scènes pas piqué des hannetons et notamment lorsque Alex, l'héroine adolescente, se met à leviter dans son sommeil. Ou encore quand son ami se fait retourner la tète à 180°, sans parler de ce passage ou la mère de famille coupe de la viande face caméra et que son couteau s'envole, avant de réapparaître quelques scènes plus tard en manquant de poignarder le mari. 

Je pourrais aussi vous parler de cette scène très drôle, mais, qui ne sert à rien, ou Alex s'apperçoit que le petit voisin est venu se glisser auprès d'elle durant la nuit, rendez vous compte, 7 ans et déjà pervers.

A noter également que la famille en question à un système d'alarme dernier cri qui ne parvient pourtant pas à détecter quand une intruse penetre dans la baraque au milieu de la nuit ou mème en pleine journée.

Finalement, le plus affligeant dans ce quatrième épisode vient du fait que les scénaristes ont l'air de ne même plus y croire puisque le film est remplit d'incoherences (à ce titre, la présence du fameux gamin d'à coté que la famille receuille en est une belle, le personnage n'est d'ailleurs même plus présent dans la seconde partie, sans qu'on sache pour autant ce qu'il devient).

Au final, Paranormal Activity 4 est un gros navet tellement ridicule qu'il en devient souvent hilarant. Un exemple de plus, s'il en était besoin, que cette saga ridicule n'a que trop duré et n'aurait même jamais du exister.

Note :   

Note Naveteuse : 16/20